Top 14 - Léo Berdeu (Lyon), une progression à confirmer

  • Léo Berdeu (Lyon) s'échappe contre Castres
    Léo Berdeu (Lyon) s'échappe contre Castres Icon Sport - Romain Biard
Publié le , mis à jour

Passé brièvement (une saison) au RCT en junior Crabos, Léo Berdeu, qui dispose encore d’une grosse marge de progression, réalise un bon début de saison.

"Je vais être le moins Toulonnais des Toulonnais de l’équipe", prévient Léo Berdeu, à l’évocation du voyage du Lou sur la rade ce samedi. Il ne sera certainement pas le moins motivé. Le jeune (23 ans) ouvreur du Lou, est originaire de Grasse dans les Alpes-Maritimes. Jouer à Toulon ressemble un peu à un derby. "J’ai beaucoup de demandes de billets, sourit-il. Il y a aura du monde venu de Grasse… Mais j’essaie de penser à autre chose. Nous avons un match à jouer. Ce qui se passe autour est un détail."

Sa première place au classement des réalisateurs, devant des clients tels que Matthieu Jalibert, Thomas Ramos ou Antoine Hastoy, est moins anecdotique. Il a déjà marqué plus de points que la saison dernière (111 contre 77) et avec un meilleur pourcentage (78 %). "J’étais à moins de 70 % de réussite la saison dernière, rappelle-t-il. Je n’étais pas dedans et j’ai beaucoup travaillé cet été. Pour l’instant, je suis en réussite et je veux que cela continue."

"J’ai été piqué…"

Pour y parvenir, il sait qu’il ne doit pas ménager ses efforts, car le vent peut vite tourner. Moins sollicité par le staff à partir du mois de janvier, il a vécu un premier semestre délicat. Cette période a peut-être été un mal pour un bien pour le champion de France Crabos 2016, avec le RCT, pour sa seule saison sous le maillot toulonnais. Après deux années à s’aguerrir à Agen, où le Lou l’avait prêté, le retour au bercail a été plus délicat que prévu. Le jeune ouvreur reconnaît avoir retenu les leçons de cette période sans jouer. "J’ai été piqué… J’en avais peut-être besoin. J’ai appris que rien n’était acquis, qu’il fallait refaire ses preuves ici. J’avais tant d’énergie à mettre sur le terrain ! Je n’ai pas envie que cela se reproduise."

Titulaire du poste depuis le début de saison, il espère bien prouver qu’il vaut mieux qu’un statut de remplaçant de la recrue phare, Lima Sopoaga, dont l’adaptation prend un peu de temps. Et il semble bien entendre les rappels à l’ordre et les exigences de Pierre Mignoni. "Léo est en train de passer un cap mais il doit évoluer sur des standards plus élevés, rappelait son coach après la réception de Castres. À l’image de l’équipe, il tourne à 70 % de son potentiel. Je ne parle pas des tirs au but mais de ce qui concerne ses réalisations techniques dans le jeu courant. Ses stats sont en-dessous de ce qu’on attend de lui. Il faut qu’il s’approche des 90 %. Il en est capable, il est encore jeune. Mais il doit beaucoup travailler."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?