Top 14 - Youri Delhommel (Pau) veut saisir sa chance

  • Youri Delhommel (Pau) face à l'UBB
    Youri Delhommel (Pau) face à l'UBB Icon Sport - Pierre Costabadie
Publié le , mis à jour

Peu utilisé jusque-là, le talonneur palois Youri Delhommel, qui devrait connaître une seconde titularisation cette saison, veut montrer ce dont il est capable.

C’est à l’été 2021 que Youri Delhommel a posé ses valises à Pau, après trois saisons passées dans l’Hérault. Du côté du MHR, au contact des Du Plessis, Guirado et consorts, le talonneur avait découvert le très haut niveau, après avoir fait ses premiers pas dans le monde professionnel à Massy entre 2015 et 2019. Aujourd’hui, il raconte : "Montpellier m’a fait découvrir le Top 14. J’ai pu voir la différence entre la Fédérale 1, le Pro D2 et l’élite. C’est clair que ça m’a permis de grandir dans le rugby et en dehors. J’en suis content. En début de saison dernière, je n’avais pas trop de temps de jeu, donc je voulais changer d’air." Contacté par Sébastien Piqueronies, il fut alors séduit par le discours du technicien et son envie de bâtir autour des jeunes.

"Je savais très bien qu’il y avait une grosse concurrence"

À ce sujet, force est de constater que la Section compte, dans ses rangs, quatre talonneurs plus proches du début de leur carrière que de la fin avec Quentin Lespiaucq (26 ans), Youri Delhommel (25), Lucas Rey (24) ou Rayne Barka (22). Depuis le début du championnat, les décisions du staff ont laissé apparaître une certaine hiérarchie et à l’automne 2021, Delhommel est le troisième choix derrière Rey et Lespiaucq. Il n’a d’ailleurs joué que cinq matchs cette saison (une titularisation, deux essais). "En signant ici, je savais très bien qu’il y avait une grosse concurrence, que Quentin et Lucas étaient vraiment installés au poste. Mais c’est le cas dans tous les clubs, rappelle l’ancien massicois. Sébastien m’a convaincu de venir ici, j’ai confiance en lui et en son projet. Je travaille pour jouer et on verra."

Ce week-end à Deflandre, il devrait connaître sa deuxième titularisation de la saison, après une première lors du voyage à Clermont, il y a un mois. Ce jour-là au Michelin, Delhommel, très en vue ballon en mains (quatre plaquages cassés), s’était cependant retrouvé en difficulté au niveau de la touche (quatre lancers perdus). "Quand ça ne va pas dans ce secteur, on se remet en question, concède l’intéressé. Forcément, j’ai envie de me racheter, mais je ne me mets pas plus de pression que ça. On verra comment ça se déroule." Face au Stade rochelais, le garçon, qui a débuté le rugby à Ris-Orangis, essayera aussi d’apporter sa pierre à l’édifice dans le gros combat d’avants que s’apprête à livrer le club du Béarn.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?