Bernard Laporte favori à la succession de Beaumont à la tête de World Rugby

  • Bernard Laporte favori à la succession de Beaumont à la tête de World Rugby
    Bernard Laporte favori à la succession de Beaumont à la tête de World Rugby Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pas encore candidat à la succession de Bill Beaumont à la tête de World rugby, Bernard Laporte a su en quelques années devenir une personne influente au niveau du rugby mondial.

La France championne du monde à l’automne 2023 et Laporte président de World Rugby au printemps 2024 ! Ce scénario est encore loin d’être réalité. Au niveau politique, depuis sa prise de fonction à la fédération française en 2016, Bernard Laporte a cherché à se forger un réseau à l’international. Il s’est très vite fait un nom auprès de ses homologues présidents. D’abord en arrivant à convaincre la majorité d’entre eux un an plus tard, d’offrir à la France, le Mondial 2023 ; mais aussi par son caractère et son franc-parler qui au départ a surpris, dans un milieu habitué à des discussions moins enflammées que peuvent l’être, celles avec Laporte. En à peine quatre, et grâce à l’aide précieuse et aux relations de Claude Atcher, le président de la FFR est devenu un personnage qui pèse à l’international. Depuis mai 2020, il est officiellement le numéro deux de l’instance internationale, le vice-président de l’anglais Bill Beaumont, qui devrait se retirer à l’issue de son second mandat. Laporte apparaît pour beaucoup, comme son successeur naturel.

Son nom circule avec insistance

Très populaire parmi les fédérations dites des petits pays, il cultive aussi son capital sympathie auprès des nations dites historiques. Ainsi, il est beaucoup intervenu dans les négociations avec le fonds d’investissement, CVC, qui va apporter 425 millions d’euros aux 6 Nations sur 5 cinq ans et il a pesé de tout son poids auprès du sélectionneur, des clubs, pour que la tournée en juin dernier en Australie soit maintenue. « Ce qui est certain, c’est que, si on le peut, il faut aller en Australie. D’abord parce que cette Fédération a besoin d’organiser des matchs, qu’ils devraient se faire en public », avait-il glissé à notre site Internet, rugbyrama.fr. Les Celtes, Anglais et Australiens prendront-ils en compte ce genre d’éléments au moment du vote à la présidence de World Rugby en 2024 ? En tout cas, s’il se déclare candidat, Laporte apparaît comme le grand favori à la présidence de World Rugby. Cette semaine dans les couloirs du grand hôtel de Londres qui accueillait l’assemblée annuelle de la confédération, c’était son nom qui circulait.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?