Mohed Altrad au centre de l’économie mondiale

  • Mohed Altrad au centre de l’économie mondiale)
    Mohed Altrad au centre de l’économie mondiale) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

On retrouve Mohed Altrad à tous les carrefours du rugby mondial. Voici pourquoi.

En 2011, Mohed Altrad est entré dans le rugby - un sport qu’il suivait alors « de très loin » - par une toute petite porte : en rachetant 51 % des parts du MHR pour 2,4 millions d’euros, l’ancien partenaire du club de foot de Toulon mit donc un premier pied dans la planète ovale. Dix ans plus tard, alors que le groupe Altrad est passé de 400 millions d’euros à 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires, l’entrepreneur héraultais se retrouve projeté au centre de la galaxy rugby. Sponsor maillot de la FFR depuis 2017, Mohed Altrad avait à l’époque, et pour la somme rondelette de 25 millions d’euros sur cinq ans, sorti la Fédération d’une situation financière quasiment critique.

Prochaine étape : World Rugby ?

Alors que le contrat entre l’assureur nord-américain AIG et la Fédération néo-zélandaise prend fin aujourd’hui, le groupe Altrad devient à présent seul sponsor maillot des All Blacks : contre 70 millions d’euros sur les six prochaines années, Altrad s’est offert ici la plus belle des vitrines et a également tiré la NZRU d’un fort mauvais pas.

Présent dans l’hémisphère Sud, puissant dans le Nord, le milliardaire héraultais, qui avait déjà tenté de devenir le sponsor principal du Tournoi des 6 Nations en 2017 contre 115 millions d’euros, fait désormais partie des hommes qui pèsent dans le rugby mondial. « En Afrique du Sud, expliquait-il la semaine dernière dans nos colonnes, on a également créé la fondation « Altrad Badawi Legacy », basée en Afrique du Sud. On a pris des gamins qui ne pouvaient pas aller à l’école ; on leur a offert un lit, un couvert et les moyens de s’entraîner. Tout ça s’est fait en partenariat avec le Grey College de Bloemfontein, une institution très connue là-bas. » Quelle est la prochaine étape, pour Mohed Altrad ? Au fil de cette même interview, le patron du MHR assurait qu’il se verrait bien accompagner Bernard Laporte à World Rugby en 2024, si le patron de la FFR remporte l’élection. Chiche ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?