Des Montois à toutes épreuves

  • Face à une équipe de Béziers en panne d’inspiration, les Montois ont démontré leur lucidité dans les moments clés, même avec un groupe fragilisé. Photo Thibaut Clariond
    Face à une équipe de Béziers en panne d’inspiration, les Montois ont démontré leur lucidité dans les moments clés, même avec un groupe fragilisé. Photo Thibaut Clariond Midi Olympique
Publié le , mis à jour

Vainqueurs à Béziers, les Landais ont démontré que rien ne pouvait altérer leur confiance malgré les écueils.

L’annonce d’un groupe fragilisé par une grippe venue perturber le quotidien du leader de ProD2, résonnait dans les têtes pour des Montois voyageant à Béziers avec quelques principes à proposer vu les conditions climatiques. L’entame des débats mettait quasiment tout le monde d’accord, sur le côté impérial et tueur de Landais épatants d’efficacité à chacune de leur incursion.

Rémi Talès, le coach des Montois, n’aura pas été déçu : « On s’était dit que les vingt premières minutes seraient intenses et qu’il fallait faire en sorte d’êtres présents. Je ne peux que féliciter ce réalisme et la stratégie qui fut payante. » Très organisés dans l’occupation en quadrillant avec assurance le terrain, contenant des Biterrois en panne d’inspiration, les visiteurs démontraient encore une fois cette lucidité nécessaire dans les moments clés. Un sentiment partagé par le capitaine Willie Du Plessis : « Ce n’était peut-être pas très beau mais on s’est véritablement adaptés au contexte. Je crois qu’on a montré que la solidité de notre groupe était réelle, dans tous les compartiments du jeu. » Des attitudes d’une formation qui prospère et qui s’est montrée patiente y compris dans les moments où Béziers réagissait.

 

La profondeur Landaise

En s’imposant dans l’Hérault, un autre candidat déclaré à la qualification, Mont-de-Marsan confirme cette relative insouciance loin de ses terres, un quatrième succès dans l’escarcelle et des promesses évidentes pour l’avenir, Rémi Talès poursuit : « Plusieurs combats vont s’offrir à nous, on sera certainement attendus un peu partout et surtout à domicile où l’on devra maîtriser notre rugby. On va tenter de garder cette continuité mais on sait aussi d’où l’on vient il y a encore peu de temps. » 

Si les Montois ont convaincu sur l’utilisation de plusieurs facettes pour triompher, c’est peut-être dans ce sens que les Biterrois ont flanché dans la variété proposée. Charly Malié, l’arrière de l’ASBH le concède : « On a essayé en vain de mettre beaucoup de jeu de pression à la retombée du ballon. Nos débuts de matchs sont trop légers pour espérer rivaliser. On l’a déjà vu à Bourg-en-Bresse, c’était mission impossible face aux Montois sans rectifier ces manquements. Face à une telle maîtrise, on a mesuré ce qui nous séparait d’une forme de régularité. » Les Biterrois sont éjectés provisoirement des six premières places et devront rebondir à Carcassonne pour le prochain derby tandis que les Landais n’ont semblé jamais être aussi déterminants en confortant cette place de leader incontesté.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?