La faute à l’inexpérience pour Agen

  • La faute à l’inexpérience pour Agen
    La faute à l’inexpérience pour Agen Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le SUA est toujours 15e de Pro D2 et n’arrive pas à décoller. Frustrés, les Lot-et-Garonnais ont néanmoins vu qu’ils sont capables de rivaliser avec les meilleurs.

On ne peut pas vraiment reprocher grand-chose à Agen sur cette rencontre. Les joueurs ont fait preuve d’une envie certaine. En témoigne cette domination en mêlée, cette touche qui s’améliore de match en match et cette grosse solidarité dans les rucks et en défense. "Malheureusement, nous sommes tombés sur meilleur que nous" constate David Ortiz, frustré tout comme ses joueurs en sortie de match. Car oui, si sur le papier l’affrontement paraissait déséquilibré, les Agenais auraient pu l’emporter. "Ils méritaient peut-être plus de gagner" reconnaît d’ailleurs Tom Murday. Et effectivement, sans ces quelques détails défavorables, le Sporting n’aurait peut-être pas perdu.

Mais là où le bât blesse, c’est définitivement dans la gestion des temps faibles et des temps forts. "Ils nous ont peut-être eus à l’expérience. Nous en tout cas, on a fait preuve de trop d’inexpérience pour l’emporter" confirme d’ailleurs l’entraîneur des avants. Dommage car le coup n’est pas passé loin.

"Le point positif, c’est cette mêlée qui domine l’équipe la plus puissante du championnat" relativise cependant Ortiz, avant d’ajouter : "Nous avons rivalisé avec l’une des meilleures équipes de Pro D2. C’est quelque chose sur quoi l’on peut capitaliser. Mais un très gros match nous attend déjà la semaine prochaine".

Colomiers dans la foulée

Et après le dauphin de Mont-de-Marsan, le Sporting doit recevoir un autre gros poisson du championnat, vendredi prochain. À savoir Colomiers. Et lorsque l’on jette un coup d’œil sur le classement, on se rend compte que c’est de nouveau un match décisif pour le SUA s’il ne veut pas voir ses concurrents pour le maintien se détacher. "C’est encore un match à ne pas perdre, car nous en sommes à 4 défaites à domicile" soupire Loris Tolot, frustré également en conférence de presse. Contre une équipe sûre de ses forces mais qui accuse le coup, le prochain défi s’annonce donc décisif une fois de plus pour Agen. Car il ne faudrait pas commencer à se faire vraiment peur…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
M.V.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?