Baptiste Serin ravive la flamme

  • Serin ravive la flamme
    Serin ravive la flamme Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Opéré de l’épaule droite fin juin, l’international a retrouvé la compétition face à Lyon. Auteur d’un match au quasi-parfait, le numéro 9 Varois semble déjà proche de son meilleur niveau. Une excellente nouvelle pour le RCT.

Son retour était attendu comme celui du Messie. Comme si, en enfilant le numéro 9, Baptiste Serin allait à lui seul changer le visage d’un RCT moribond depuis de trop longues semaines, et inquiétant 14e avant le coup d’envoi de la rencontre. « Vous verrez », nous disait-on encore samedi après-midi aux abords de Mayol. Et alors ? Si son absence, suite à une opération de l’épaule droite à la fin du mois de juin dernier, a incommensurablement pesé sur le début de saison toulonnais, son retour a apporté toute la sérénité et la confiance qui manquait au RCT ces derniers mois. Sans surjouer, le minot de Parentis a tout simplement dicté le tempo de la rencontre. Décisif en défense, propre dans son alternance, parfait dans le jeu de transmission et même capable de gratter deux ballons en milieu de deuxième période, le demi de mêlée a réalisé une prestation au quasi-parfait et instantanément retrouvé son influence sur le jeu varois. « Baptiste a été très présent dans l’engagement, et il a été posé sur la façon de maîtriser le tempo de l’équipe. Ce n’est pas facile, après six mois, de revenir dans le rythme, même s’il a fait une bonne préparation », appréciait Franck Azéma, bien conscient de récupérer un leader incontesté du vestiaire toulonnais, qui est d’ailleurs resté très proche du groupe tout au long de sa période de convalescence.

« Son expérience apporte de la sérénité »

Bien aidé par un pack conquérant, le chef d’orchestre a donc repris sa partition comme s’il n’avait jamais quitté le XV de départ. « Son expérience du haut niveau nous offre de la sérénité. Puis il apporte également du leadership », louait à l’évidence Julien Hériteau. À Louis Carbonel, avec lequel ils ont souvent porté le RCT la saison passée de poursuivre : « On est contents de retrouver Baptiste, un joueur très important pour notre équipe. Il faut lui laisser un peu de temps, car on ne reprend pas toutes les sensations en un match, mais c’est un plaisir de le récupérer. De mon côté, c’est un joueur avec lequel je m’entends très bien, avec qui j’échange beaucoup, donc c’est top de retrouver ces liens sur le terrain. » Un retour parfait, pour le demi de mêlée toulonnais ? Ça le serait si, à la suite d’une charge à l’épaule de Léo Berdeu, l’ancien bordelais n’avait pas dû céder sa place sur protocole commotion à la 63e minute. « On va voir comment ça va évoluer dans la semaine, mais il avait l’air plutôt bien » rassurait Franck Azéma, qui a sans nul doute pu mesurer l’influence de son demi de mêlée international sur le groupe. Vous dites qu’il existe un Toulon avec, et un Toulon sans Baptiste Serin ? On répond qu’avec « Bapi », tout est différent.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?