Des choix forts et des paris gagnants pour le sélectionneur des Bleus

  • Des choix forts et des paris gagnants pour le sélectionneur des Bleus
    Des choix forts et des paris gagnants pour le sélectionneur des Bleus Midi Olympique - Patrick Derewiany - Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Réputé pour ne pas faire de sentiments, Fabien Galthié en a fait une force depuis sa prise de fonction à la tête du XV de France où il a tenté plusieurs paris qui se sont révélés gagnants.

Fabien Galthié n’est pas du genre à tergiverser. Il tranche, et souvent dans le vif, comme l’ancien demi de mêlée qu’il est. Des décisions fortes qui n’ont pas toujours été très bien comprises lors de ses années comme manager en Top 14. Ce trait de caractère était alors pointé du doigt comme une faiblesse dans sa gestion d’un effectif professionnel. Mais cette capacité à faire des choix, sans trop se soucier des répercussions, est certainement une de ses grandes qualités en tant que sélectionneur.

Cela a commencé dès sa prise de fonction. Alors que Poirot était pressenti pour devenir capitaine des Bleus après avoir été le second de Guirado lors de la Coupe du monde au Japon, Galthié décidait de promouvoir Ollivon au capitanat mais aussi Baille comme titulaire au poste de pilier gauche. Déclassé, Poirot décidait de prendre sa retraite internationale à 27 ans, à la fin du premier tournoi des 6 Nations de l’ère Galthié. Ce choix ne fait plus débat puisque Baille est considéré comme un des meilleurs du monde à son poste.

Depuis sa prise de fonction, Fabien Galthié a aussi tenté des paris, qui ont souvent été gagnants mais, surtout, il n’a jamais fait de cadeau à ses joueurs, même envers ceux qui pensaient avoir acquis un statut de titulaire. On pense notamment au poste d’arrière où il a d’abord misé sur Anthony Bouthier puis sur Brice Dulin, avant de promouvoir Melvyn Jaminet en Australie. Le Perpignanais n’avait pourtant encore jamais disputé un match de Top 14, mais il a renforcé son nouveau statut de numéro 1 lors de la tournée de novembre. Thomas Ramos, toujours présent dans les groupes élargis depuis janvier 2020, doit continuer de ronger son frein, en prenant part aux entraînements sans enfiler le maillot frappé du coq.

Plusieurs joueurs ont également appris à leurs dépens que Fabien Galthié n’était pas là pour avoir des états d’âme. L’ailier Arthur Retière était pourtant attendu chez les Bleus mais le sélectionneur, contrarié par un mauvais entraînement à haute intensité du Rochelais, l’avait finalement relégué sur le banc des remplaçants (préférant alors décaler Gaël Fickou) avant de ne plus faire appel à lui. En revanche, quand le sélectionneur est certain de son choix, il est capable d’offrir une seconde chance à certains joueurs. Il avait surpris tout le monde en sélectionnant Mohamed Haouas au poste de pilier droit. Le Montpelliérain a toujours été conforté. Même après le carton rouge reçu en Ecosse. Même après son début de saison timide, avant cette tournée de novembre. Parmi, les bonnes trouvailles de Fabien Galthié, on peut aussi citer Gabin Villière qui ne comptait que sept titularisations en Top 14 lors de sa première sélection, et souligner la montée en puissance de Paul Willemse, sans oublier le replacement de Cameron Woki en seconde ligne où Bernard Le Roux, considéré comme indispensable en début de mandat, n’est plus appelé.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?