Le Stade français ne sait pas finir ses matchs

  • Le Stade français ne sait pas finir ses matchs
    Le Stade français ne sait pas finir ses matchs Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Alors qu’il menait à cinq minutes de la fin, Paris a une nouvelle fois laissé échapper la victoire.

Depuis un gros mois, l’histoire se répète pour les soldats roses de la capitale. Le Stade français répond présent dans le duel proposé par ses adversaires, qu’ils se nomment Pau, Montpellier ou Biarritz, mais ne parvient pas à accrocher la victoire. Il y eut d’abord ce déplacement à Pau, fin octobre. Sous la pluie du Hameau, cet après-midi-là, les partenaires de Ngani Laumape étaient dos à dos avec la Section (9-9) à un quart d’heure de la fin, avant de craquer et de s’incliner 18-9. Début novembre, lors de la réception du MHR, les joueurs de Gonzalo Quesada menaient avec le bonus offensif (27-18) à l’heure de jeu, avant de s’effondrer et de perdre à domicile 27-31. Contre le BO, ce week-end, l’histoire s’est quelque peu répétée. Alors qu’il menait à cinq minutes de la fin (10-14), le club de la capitale a encaissé un essai dans le money-time et a dû se consoler avec un bonus défensif. C’est déjà ça ? « C’est frustrant, expliquait surtout le centre Alex Arrate après la rencontre. Encore une fois, nous sommes trop indisciplinés dans les vingt dernières minutes, où nous prenons beaucoup de pénalités. Ça se joue là-dessus. On prend ce carton jaune alors qu’on vient de marquer. J’ai l’impression qu’aujourd’hui, on a du mal sur ces vingt dernières minutes. »

Quesada : « Nous sommes inquiets depuis un moment »

Dès qu’il s’est retrouvé sous pression, oppressé et étouffé par les vagues biarrotes, le Stade français n’a, en effet, pas eu d’autre choix que de se mettre à la faute pour essayer de stopper l’hémorragie. Sans réussite. « Tous ces résultats, petit à petit, enlèvent un peu de confiance, ajoutent de la pression », regrettait le manager parisien au coup de sifflet final.

La conséquence directe ? Fin novembre 2021, Paris (12e), n’a qu’un point d’avance sur le BO, dernier, et les soldats roses reçoivent le week-end prochain un Stade rochelais en pleine forme, avant un déplacement périlleux à Toulouse pour les fêtes de Noël. « Nous sommes inquiets depuis un moment, avouait Quesada dans les couloirs d’Aguiléra. On sait qu’on doit faire beaucoup mieux dans les contenus. Après, nos objectifs n’étaient pas d’être devant tout le monde, dans le top 3, avec toutes ces énormes écuries. On ne va pas dire qu’il faut se remettre au travail, parce que les heures et la quantité de travail sont là. Désormais, il faut qu’on réfléchisse à des changements dans notre fonctionnement. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?