Le maul être de Colomiers

  • Le maul être de Colomiers
    Le maul être de Colomiers Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si la dynamique du début de saison est passée, un secteur de jeu symbolise bien les maux de Colomiers en ce moment : les ballons portés.

L’essai du Vannetais Théo Béziat la semaine passée est venu confirmer une tendance qui veut que Colomiers a toutes les difficultés à défendre sur les ballons portés. D’une part, parce qu’il était assez clair que les Bretons ont mis l’accent sur ce secteur de jeu. En effet, ces difficultés éprouvées par Colomiers sont régulières depuis plusieurs semaines. « C’est vraiment un axe d’amélioration, reconnaît Jorick Dastugue. On travaille sur ce secteur-là pour rectifier le tir et que ça ne soit plus une arme pour les équipes adverses. » L’entraîneur des avants Fabien Berneau voit une explication dans le contexte actuel, peu favorable à Colomiers qui a perdu ses deux dernières rencontres à domicile : « La spirale psychologique fait qu’on ne met pas le même engouement pour défendre. Et il ne faut pas oublier que ce week-end, le ballon porté que l’on prend, on l’a très mal défendu stratégiquement. » Justement, cette semaine a été l’occasion de « rectifier le tir ». « Il y a beaucoup de choses à prendre en compte, poursuit le technicien. Il faut éviter que ça pivote, que ça prenne de l’avancée… Le ballon porté c’est une étude des forces. C’est complexe, comme l’est la mêlée. »

Une vulnérabilité récente

Mais qu’est-ce qui pêche du côté de Colomiers sur cette phase de jeu ? Lors des quatre derniers matchs, ce sont quatre essais qui ont résulté d’un maul. Le troisième ligne centre précise les causes : « En fait contre Vannes on l’a trop alimenté d’un côté. On a mis beaucoup d’envie mais il faut aussi réfléchir. La défense de maul, ça n’est pas bête et méchant. C’est technique. Il faut alimenter sur les côtés pour bloquer les équipes qui tentent de désaxer. » Et sous la pluie annoncée à Agen, car c’est une donnée à prendre en compte, les ballons portés seront largement utilisés. Mais Fabien Berneau balaye les inquiétudes autour de son équipe : « On ne s’affole pas car toutes les équipes ont pris des ballons portés, même Bayonne, Nevers ou Oyonnax. Ce n’est pas parce que Colomiers avait la meilleure défense du championnat sur le premier bloc que maintenant tout est à jeter. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Quentin PUT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?