Top 14 - Baptiste Erdocio (Biarritz olympique) veut relever le défi

Publié le , mis à jour

Baptiste Erdocio, le jeune pilier de Biarritz, découvre le monde professionnel cette saison. Il sera du voyage à Clermont, où de sérieux clients l’attendent en mêlée fermée.

Ses premiers pas sur le terrain d’Aguilera, le 9 octobre dernier, avaient redonné le sourire au public biarrot, alors que ce jour-là l’équipe basque était balayée par Lyon. Pour cause, les supporters du BO avaient apprécié de voir les premiers pas du petit Erdocio, après une longue attente. En effet, cela faisait maintenant plus d’un an que le pilier gravitait autour de l’équipe une et s’entraînait avec elle, sans pour autant avoir pu goûter au plaisir de fouler les terrains de Pro D2 ou Top 14. La raison, cependant, est toute simple. "Nous voulions gérer son développement, explique le directeur sportif Matthew Clarkin. Vu son poste, nous avons fait preuve de prudence pour des questions de sécurité. Ces derniers temps, nous sommes ravis de sa progression, et maintenant il commence à engranger le temps de jeu qu’il mérite." Gamin du Bidart Union Club, arrivé en cadet au BO, c’est peu dire que Baptiste Erdocio a quelque peu accompli son rêve en foulant la pelouse d’Aguilera. "Au début, j’étais un peu étonné et à la fois très content, fier. Désormais, j’ai envie de continuer à progresser afin de montrer que je peux avoir le niveau."

Gaucher pour l’instant, et puis…

Capable d’évoluer à gauche et à droite, voire même de dépanner au talon, le joueur de 21 ans a pour l’instant été fixé avec le numéro un dans le dos. Mais le staff basque souhaite, dans l’avenir, le voir évoluer des deux côtés et en la matière, il a d’ailleurs un sacré exemple à suivre au BO avec Guy Millar.

Sur les terrains de Top 14, il a déjà croisé la route de Chiocci, Chilachava, Roelofse. "Ce sont des clients, sourit l’international moins de 20 développement. Avant d’entrer en mêlée ? Il y a toujours un peu d’appréhension. On n’a pas envie de reculer. Contre Paris, j’avais une mêlée à faire et il ne fallait pas que je me la loupe." Ce week-end, face à Clermont, il sait qu’un beau challenge l’attend sur la pelouse de Marcel-Michelin, puisqu’il pourrait être opposé à une référence comme Rabah Slimani. "C’est sûr que ça va être très dur, mais j’ai envie de relever le défi et de prouver que j’ai ma place", conclut-il.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?