Pro D2 - Face à Rouen, Nevers a été plus précis

  • Au stade Robert Diochon, Nevers a bien mieux mené son match que Rouen.
    Au stade Robert Diochon, Nevers a bien mieux mené son match que Rouen. Icon Sport
Publié le

En gagnant (enfin) un match à l’extérieur, Nevers se replace dans la course aux barrages, malgré un bonus offensif échappé à la dernière minute. Rouen reste de son côté dans le ventre mou du classement.

Le constat de la fin de match est cruel mais réaliste, Nevers a bien mieux mené son match que Rouen. C’est un match bien préparé qui est tombé dans l’escarcelle des hommes de Xavier Péméja. « Notre victoire se gagne en première mi-temps, où nous défendons pendant trois séquences normandes sur notre ligne. Rouen ne franchit pas, et derrière nous marquons un essai. Ils ont deux ballons portés qui n’aboutissent pas, donc je veux vraiment féliciter notre défense avant tout », précise le coach nivernais.

Car comme souvent, Rouen a eu vingt bonnes premières minutes et dix bonnes dernières, et au milieu c’est une purée de rugby. « La blessure de Fabien (Dorey) nous désorganise, on avait bien dominé les deux premières mêlées et ensuite ça s’est inversé. On fait beaucoup trop de fautes et les faits de jeu nous sont défavorables. Nevers nous a aussi bien mis sous pression, on n’a pas pu vraiment mettre en place notre jeu », avoue Grégoric Bouly, l’entraîneur des avants rouennais.

L’impression générale est d’avoir assisté à un match de costauds avec de gros engagements (voir le nombre de blessés), mais que la précision a été nivernaise. « Ça fait longtemps qu’on attendait d’être récompensé sur un match à l’extérieur. On a globalement jamais douté, on a manqué de patience en première, et nous n’avons pas réussi à creuser l’écart à la pause. On travaille dur et on est enfin payé », confirme Thomas Ceyte, le capitaine de Nevers.

Deux « finales » à négocier pour Rouen

À la sortie du match face à Agen, Rouen rêvait du top 6. Deux défaites plus tard, on parle à nouveau de maintien. « Qui a parlé du top 6 ? Pas nous, on sait qui on est et quels sont nos objectifs. La saison est longue en Pro D2, ce n’est pas fini, on sait ce qui pêche et tant qu’on n’appuiera pas sur de la précision de la discipline, de la gestion, on restera une équipe alternant les bonnes et les mauvaises choses », estime le coach rouennais.

Du côté des joueurs normands, même son de cloche. « Nevers nous a dominés, on n’a pas d’autres explications. Manque de maîtrise, on ne marque pas sur nos moments forts c’est dur. On court après le score, sans rien reprendre avant les dix dernières minutes, c’est frustrant. Les deux matchs à venir deviennent capitaux. Ce sont deux finales qui s’annoncent pour éviter de cogiter à la trêve », conclut JC Aslte, le capitaine rouennais.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?