Pro D2 - Encore raté pour Vannes, qui concède le nul face à Narbonne

  • Les Vannetais d'Erwan Dridi ont perdu deux points en se faisant accrocher par Narbonne.
    Les Vannetais d'Erwan Dridi ont perdu deux points en se faisant accrocher par Narbonne. Icon Sport
Publié le

La victoire à Colomiers avait laissé transpirer un semblant de renouveau. Patatras ! Les vieux démons ont ressurgi vendredi soir face à Narbonne. Le RCV est malade et tarde à guérir.

Comment interpréter le match nul des Vannetais vendredi soir face au dernier du classement, si ce n’est en parlant d’échec quoiqu’en dise son entraîneur. Ce constat est d’une triste réalité et s’appuie sur des faits tangibles. Premièrement, sans faire l’impasse sur le match, Narbonne avait décidé de rajeunir son collectif et de mettre au repos certains joueurs cadres. Les Vannetais sont alors tombés sur des jeunes, morts de faim, irréprochables défensivement.

Deuxièmement, le RC Vannes est retombé dans ses travers : l’indiscipline (deux plaquages hauts dont celui de la dernière minute qui coûte la victoire) certes globalement moins sentie que lors des précédentes sorties, mais néanmoins constatée. Troisièmement, ce sentiment des Bretons de se trouver plus beaux qu’ils ne sont, en cherchant la pénaltouche et espérer trouver son salut sur les ballons portés.

Trois tentatives vendredi soir pour un bilan proche du zéro, alors que l’option pénalités auraient mis le RCV sur une tout autre trajectoire. « Il y avait un cadre à respecter. On ne l’a pas fait et on a tous voulu jouer pour notre pomme », confessait Grégoire Bazin dont la lucidité se dispute à son talent. Tout ceci conjugué traduit donc cette impuissance à maîtriser son sujet. Et les responsabilités ne sont pas que sur le terrain…

Nouvelle dynamique pour Narbonne ?

Du côté des Audois, le bonheur crevait l’écran. Sébastien Logerot l’entraîneur des arrières ne boudait pas son plaisir. « Vu la physionomie du match et le fait que nous revenons à égalité à la sirène, on perçoit ce nul comme un résultat très positif, comme une victoire… Cette jeunesse, cette insouciance et nos joueurs expérimentés, tout cela a bien fonctionné. Nous avons fait preuve de maîtrise, été très disciplinés… Il y a eu peu de panique et le collectif a bien été amené par notre capitaine Louis-Benoît (Madaule) qui a apporté toute son expérience. L’équipe a fait preuve de beaucoup de solidarité, de beaucoup de courage et beaucoup de sang-froid, avec une certaine maîtrise. En résumé un match sérieux à l’extérieur. Ce nul nous fait du bien à la tête et met fin à une série de six défaites consécutives au cours desquelles nous avons souvent perdu nos matchs dans le money time. Cette fois, c’est l’inverse. J’espère que ce nul va créer une nouvelle dynamique. » 

En écho à ces propos qui se veulent rassurants pour le collectif, Louis-Benoît Madaule, capitaine courage de cette formation, se disait également soulagé. « On s’attendait à ce que Vannes cherche à confirmer son récent succès à Colomiers. Nous avions essayé de jouer sur les aspects défensifs, de pression, de jeu au pied. Cela nous a souri avec au final ce nul. On ne va pas faire la fine bouche. Ces deux points sont amplement mérités. » Tout est dit…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?