À Lyon, le CA Brive était à côté de la plaque

  • Les Brivistes ont été laminés sur la pelouse du Matmut Gerland.
    Les Brivistes ont été laminés sur la pelouse du Matmut Gerland. Icon Sport
Publié le

Dépassés par la vitesse et la puissance de leur adversaire, les Corréziens n’ont également pas su conserver le ballon et profiter de leurs rares temps forts.

Les déplacements se suivent et ne se ressemblent pas pour les Brivistes. Après avoir tenu la dragée haute à Toulouse sur sa pelouse une semaine plus tôt, ils ont sombré à Lyon, avec leur plus large défaite cette saison, pour venir alimenter une vilaine série de six revers en sept journées de championnat. « Nous n’avons été en place que quinze, vingt minutes, regrette l’entraîneur, Jeremy Davidson. Nous manquons deux pénalités pour mener 6 à 0. Ensuite, nous perdons une touche qui aboutit au premier essai lyonnais. Ensuite, nous n’étions plus invités… » Tout avait pourtant bien commencé avec un maul avançant sur trente mètres après la réception du coup d’envoi, pour mettre à la faute les Lyonnais. Mais ce n’était qu’un feu de paille.

Incapables de résister durablement au pack lyonnais, bien en place en conquête et présents dans le jeu au sol, Brive a passé beaucoup de temps à courir après les trois-quarts, bien mis sur orbite, et à subir les charges adverses. « Défensivement, nous n’avons pas été bons, maugréait le technicien irlandais. Nous avons laissé les Lyonnais se mettre dans l’avancée. J’ai eu l’impression qu’ils étaient deux fois plus puissants que nous. Ils ont cassé des plaquages, pu faire des off-loads. Le score est lourd… »

 

Les Brivistes affectés

Mais la principale frustration, et interrogation, réside peut-être dans cette sorte de résignation qui a vite semblé affecter l’ensemble corrézien. Le bruit courait que Brive n’avait rien à perdre, voulait jouer, mais il ne l’a pas fait bien longtemps. La forte pression mise d’entrée par la défense lyonnaise, à l’image de cette montée de Demba Bamba (4e) a semblé trop vite avoir raison des velléités de jeu adverse. Il a alors trop souvent rendu le ballon au pied à des Lyonnais qui n’en demandaient pas tant. Le problème est que le Lou a également été meilleur sous les ballons hauts, récupérant la plupart des ballons aériens, qu’ils soient à leur initiative ou à l’initiative des visiteurs… Quitte à perdre dans les grandes largeurs, la prochaine fois, les Brivistes seraient peut-être mieux inspirés de jouer…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?