Dupont cadenassé, Toulouse en berne

  • Dupont cadenassé, Toulouse en berne
    Dupont cadenassé, Toulouse en berne
Publié le

Battus dans le jeu au sol, les Toulousains ont fait pruve d’une étonnante indigence offensive. La charnière a été cadenassée.

Les Toulousains ont baissé pavillon après cinq succès de rang face à l’UBB. Ça devait bien arriver un jour. Mais le Stade s’est procuré très peu d’occasions d’essai, malgré le retour des internationaux. Sofiane Guitoune a qualifié la rencontre de "non-match, le pire de ces trois dernières années. Oui, franchement, collectivement, dans l‘envie, dans la gestion, nous avons tous été méconnaissables." Pourtant, quand François Cros marqua l’essai du 7 à 6 en début de seconde période, on crut la machine réenclenchée pour surfer sur une relative inefficacité bordelaise. Le troisième ligne toulousain expliquait : "Nous n‘avons pas joué à notre niveau. Dans le jeu au sol, nous avons été pris. On n’a pas été dignes de notre maillot."

Entraîneur adjoint, Clément Poitrenaud aussi ne cherchait pas d’échappatoire : "À partir du moment où nous avons été dominés dans le jeu au sol, où nous avons été limités en termes de discipline et où nous n’avons pas respecté le jeu offensivement, oui, j’ai envie de dire que la défaite est logique."

Évidemment, on retient de ce match perdu la façon dont les Bordelais sont parvenus à museler Antoine Dupont, qui a pourtant fait tout ce qu’il a pu. On l’a vu se démener. Mais le capitaine du XV de France s’est heurté à un mur. On l’a vu notamment s’isoler sur une sorte de percée où il a changé plusieurs fois le sens de sa course. Il fut à la fois brillant et impuissant, sur cette action. Image inhabituelle. François Cros expliquait : "Nous n’avons pas su le mettre dans de bonnes conditions. Il a été bien cadenassé par les Bordelais." Clément Poitrenaud encore : "Oui, Antoine et la charnière ont été mis sous pression. C’est le cas depuis déjà longtemps mais maintenant, avec le danger qu’Antoine représente, les équipes l’auront toujours plus dans le viseur. Ce sera peut-être à lui d’adapter son rugby et à ses partenaires de l’aider, pour qu’il dispose de plus de confort dans ses prises de décision."

Retrouver l’envie de gagner

Malgré tout son talent, Antoine Dupont n’est pas une assurance tous risques. Et après le match poussif contre Brive (victoire sans essai), Toulouse n’est pas spécialement porté par l’euphorie offensive en ce moment. Poitrenaud poursuit : "Le bilan comptable n’est pas mauvais mais en termes de contenu, nous sommes trop stériles. Ça fait un moment que ça dure. Quand tu manques de panache, ce sont les fondamentaux qui te sauvent…".

Pour Toulouse, désormais, il faut absolument retrouver cet allant offensif, cette envie de gagner les duels, de jouer debout et de se faire des passes. Même s’il n’y a pas d’inquiétude particulière, on est en droit d’attendre autre chose.

On peut supposer que les Toulousains ne trouveront pas chaque semaine en face d’eux une équipe aussi déterminée et efficace que les Bordelais de samedi soir. L’existence d’une UBB sera-t-elle un aiguillon pour les champions de France ? Poitrenaud gifle l’idée : "De toute façon, on parle peu des autres au Stade toulousain. On se concentre sur nous-mêmes et ça nous permet de rester objectifs, de ne pas nous laisser polluer par les émotions. Car on en a nous aussi. On a tendance à s’enflammer ou à s’énerver, ça dépend des fois."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?