Dax, attention virage dangereux

  • Stade Maurice Boyau
    Stade Maurice Boyau Manuel Blondeau / Icon Sport - Manuel Blondeau / Icon Sport
Publié le

Avec les défaites de Nice (et pour cause !) et, surtout, d’Albi, sur sa pelouse, le week-end dernier, les Dacquois ont toutes les bonnes raisons de penser que l’heure de recoller pour de bon au peloton de tête a peut-être sonné.

Sans remuer le couteau dans la plaie des mauvais souvenirs, il y a toujours ce déficit inhérent au faux pas de la journée inaugurale, débours pas encore comblé à ce jour puisque les Chalossais n’ont toujours pas remporté le moindre succès hors de leurs bases. Une opportunité se présente après-demain en terres cognacaises, mais il est clair que, dans le camp des coalisés de Charente et de Charente-Maritime, l’heure est à l’union sacrée. Une nouvelle défaite, et les contours du précipice se dessineraient à grands traits. En effet, les concurrents directs des protégés de Fabrice Landreau sont un peu mieux placés.

Le SA XV revient fort

Bourgoin-Jallieu peut tirer profit du méchant coup que l’hôte albigeois vient de recevoir sur le crâne. De même, pour Dijon, il est possible de jouer la carte de la continuité – en termes de calendrier s’entend- aux dépens de Valence-Romans. Au repos forcé lors du dixième acte dans le contexte sanitaire que tout le monde connaît, les Drômois sont pris entre le marteau charentais (Soyaux-Angoulême revient à la vitesse d’un bolide) et l’enclume chambérienne. Et ce même si les Savoyards ne partent absolument pas avec les faveurs du pronostic demain non loin de la Baie des Anges. Quelque peu enclin à laisser une partie des observateurs sur leur faim, le Stade niçois ne dispose pas d’une marge de manœuvre conséquente et un revers face à un pensionnaire du top 6 ne serait pas le bienvenu, à une semaine seulement avant la trêve.

Par ailleurs, au pied des Pyrénées, Tarbais et Blagnacais s’élancent à armes égales si l’on considère une autre forme de proximité, arithmétique celle-là, trois points séparant les banlieusards toulousains des Bigourdans. Côté francilien, le grandissime favori (Massy, pour ne pas le nommer) reçoit un challenger suresnois qui aura à cœur de démontrer la pertinence de l’adage selon lequel derby est souvent synonyme de nivellement des valeurs. Enfin, Aubenas-Vals, après avoir repris de belles couleurs, peut se rendre sans pression dans l’antre de l’ogre affamé. Nom de code, SA XV !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?