L'édito : Joue-la comme Antoine

  • Antoine Dupont face à la Section paloise, au mois d'octobre dernier.
    Antoine Dupont face à la Section paloise, au mois d'octobre dernier. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'édito du vendredi par Léo Faure... Il y a toujours cette question sous-jacente, au sujet des récompenses en rugby : dans le plus collectif des sports, où la part proéminente du combat à 15 contre 15 ne laisse d’autres voies que celle de la solidarité, est-il judicieux de faire ressortir une tête plus haute que les autres, une étoile qui brille un peu plus haut, un visage toujours plus dans la lumière ? La réponse est oui, pour ce qui nous concerne.

Les multiples lauriers décrochés par Antoine Dupont en 2021, à commencer par sa double consécration récente aux Oscars Midi Olympique (Oscar d’or et Oscar monde), n’enlèvent aucun mérite à ceux qui ont ferraillé devant lui et après lui. Que ce soit avec le rouge et noir toulousain ou le bleu de France, ils ont tous leur part du succès.

Pourtant, comme dans tous secteurs, des talents supérieurs, rares voire uniques, émergent ponctuellement, et de façon très individuelle. Des joueurs qui, à eux seuls, ne gagneront jamais un match mais peuvent effectivement en changer la ligne de vie. Et donc l’issue.

C’est vrai de manière directe. Dupont l’a maintes fois prouvé, en faisant seul des différences que (tous) les autres n’auraient pas su exploiter à si bon profit. Biarritz-Toulouse, tenez, début octobre, pour un exemple parmi d’autres mais qui jaillit immédiatement en tête. Les Toulousains étaient dominés et menés au score quand Dupont est entré en jeu. Les différences, il les a alors faites seul, et vite. Et Toulouse, en difficulté, l’a finalement emporté.

C’est aussi vrai de manière indirecte, avec l’aura dont ces joueurs particuliers enveloppent leurs partenaires. Ce n’est pas seulement ses percées, ses soutiens et son abattage défensif qui font de Dupont un joueur à part. C’est la façon dont soudain, autour de lui, tout le monde devient meilleur quand il entre sur la pelouse. Tous rassurés, décomplexés, gonflés de confiance et de certitudes par sa seule proximité.

À tous ces titres, Dupont mérite bien le chapelet de trophées qui ont ponctué son année 2021. Il était le visage du rugby français, il devient celui du rugby mondial. Attention à ne surtout pas s’en contrarier.

Sport désormais pleinement saisi par les logiques du professionnalisme, le rugby a besoin d’être incarné aux yeux des plus jeunes. Il faut cette part d’identification et de rêve propre à l’enfance. Il faut des visages et des personnalités, pour faire vivre ce sport sur le grand échiquier médiatique et populaire.

La France, dans son renouvellement des générations, ne manque plus de ces pépites qui aimantent l’affection des plus jeunes. Dupont en est donc le plus fier représentant. Ne pas s’y tromper : les Bleus demain vont aujourd’hui au stade pour voir jouer Dupont. Ils prennent aussi leur première licence pour se la jouer « comme Dupont ».

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
fafa8212 Il y a 11 mois Le 11/12/2021 à 08:54

Article tres bien pensé, une écriture superbe ! il donnera bien evidemment envie à tous les petits DUPONT du monde...qui la joueront comme... ANTOINE..; Respect et chapeau bas Monsieur ANTOINE pour tout le bien que vous amenez au Rugby mais aussi ...à notre société !!