Oser n’est pas vain à Béziers

  • L’ASBH cumule trois défaites consécutives et est dixième du classement à la 13e journée. Thomas Zénon et ses coéquipiers vont élever leur niveau et proposer un meilleur rugby pour retrouver le succès. Photo Stéphanie Biscaye
    L’ASBH cumule trois défaites consécutives et est dixième du classement à la 13e journée. Thomas Zénon et ses coéquipiers vont élever leur niveau et proposer un meilleur rugby pour retrouver le succès. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Frustrés par leurs récents échecs, les Héraultais se projettent vers d’autres prérogatives afin d’enrayer la spirale négative

Les récents résultats ne furent pas tendres pour l’ASBH, en panne de points sur les trois dernières sorties, délogeant les Héraultais d’un peloton des six potentiels qualifiables et toutes les réjouissances qui en découlent. Souvent décriée, même si la volonté d’ensemble tend vers l’amélioration, l’animation offensive est un sujet qui revient souvent dans les discussions. Pierre Caillet, le coach Biterrois, exhorte souvent ses joueurs sur ce domaine, où si les arguments sur le terrain ne sont pas remis en question, le technicien reste tout de même sur sa faim quand il s’agit de responsabilisation, il précise : "Concernant le contenu, on a besoin d’évoluer vers autre chose. J’attends qu’on provoque davantage, à domicile, on est trop sur la réaction. Être petit bras, se contenter d’un jeu au pied qui à mes yeux n’est pas efficace, c’est trop peu. Des opportunités se présentent et offensivement, on ne les saisit que trop rarement."

Constat amer d’une formation Biterroise capable de générer de l’avancée dans l’axe, mais qui manque encore de lien entre les différents acteurs. Après avoir fustigé certaines attitudes, Pierre Caillet entend changer de braquet : "Ce qui a fonctionné durant le dernier bloc n’est plus d’actualité aujourd’hui. Faisons en sorte d’évoluer sur plusieurs registres, on a des garçons capables de tenir des séquences à tous les postes."

Audace réclamée

Un message perçu par le groupe Héraultais, avant de recevoir Rouen qui s’était imposé la saison dernière à Raoul-Barrière (23-25), en guise de signal vers d’autres prétentions. Thomas Zénon, l’arrière Biterrois s’exprime : "On doit reconstruire cette connexion entre avants et trois-quarts. On a peut-être trop voulu changer notre jeu, on doit s’adapter en conséquence aux conditions qui nous sont offertes. C’est un travail collectif et cette semaine fut vraiment instructive dans ce sens." Avec l’obligation comptable qui pointe sous peine d’être décroché de la meute vers la qualification, face à des Normands chevronnés dorénavant aux joutes de Pro D2. Le dernier rempart de l’ASBH reste optimiste : "On se doit de relever la tête, les échecs consécutifs n’ont pas anéanti notre cohésion. Rouen est une formation qui grandit, on voit que le passage entre Fédérale et Pro D2 est bien digéré. On sent de l’extérieur cette stabilité et du coup des résultats en rapport avec leur croissance. Nous n’aurons pas de pression particulière, nous avons assimilé nos erreurs, à nous d’élever notre niveau et proposer un meilleur rugby pour retrouver le succès."

Entre les intentions et les discours d’usage prononcés, Béziers sera scruté sur le résultat brut, mais aussi dans les comportements affichés. Entre sagacité et discernement des objectifs exigés. Sans compromissions entre lignes et direction artistique, c’est promis.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?