Champions Cup - Paris veut prendre un bon bol d’Eire

  • Lucas Da Silva, victorieux de La Rochelle dimanche, va découvrir la Champions Cup.
    Lucas Da Silva, victorieux de La Rochelle dimanche, va découvrir la Champions Cup. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Alors qu’il se trouve parfois en difficulté en Top 14, le club parisien retrouve la Champions Cup après six années de disette. Le changement d’air peut-il être bénéfique ?

À l’échelle du Stade français, cette rencontre face aux Irlandais du Connacht est un événement : cela fait six ans que le Stade français n’a plus disputé la Champions Cup. Une éternité qui en dit long sur la difficulté du club de la capitale à renouer avec des performances régulières en Top 14. Sa dernière participation remonte à 2015-2016. Déjà, à l’époque, c’était un retour après quelques années de disette. Un retour qui, malheureusement, s’était révélé doublement marquant.

Ce vendredi 13 novembre 2015, les Parisiens s’étaient lourdement inclinés à Leicester (33-20) mais à l’issue de la rencontre, les Stadistes avaient pris connaissance des terribles attentats perpétrés dans leur ville, suscitant une forte inquiétude chez beaucoup d’entre eux. Un lourd climat avait gagné le vestiaire en apprenant rapidement que le talonneur Rémi Bonfils, absent pour cause de blessure, se trouvait sur un des lieux des attentats…

Trois jours ensemble, loin de Paris

évidemment, aujourd’hui, le contexte est tout autre. Sur le plan sportif, le Stade français, qui sort d’une belle réaction d’orgueil en Top 14 face à La Rochelle (25-20), peine parfois à afficher de la constance et subit une forte pression en raison de son positionnement en fin de classement.

Force est donc de s’interroger sur la motivation qui habite les troupes avant de débuter cette parenthèse européenne. « C’est une belle compétition pour laquelle nous avons gagné notre ticket au prix d’un énorme effort en fin de saison dernière. Nous ne voulons donc pas la galvauder. C’est une opportunité pour certains d’avoir du temps de jeu et de se montrer. D’autant plus que jouer en Irlande est peut-être ce qu’il y a de plus difficile. Le contexte est vraiment hostile ; la météo, n’en parlons pas. Mais nous serons présents », souligne le manager Gonzalo Quesada.

«Dans la période que l’on traverse, avoir l’opportunité de jouer sur un rythme plus soutenu va nous aider à prendre confiance pour le Top 14, reprend son adjoint Laurent Sempéré. Je pense que le changement de compétition arrive au bon moment. »

S’éloigner de la pression quotidienne du Top 14, éviter la routine parfois pesante, voilà bien des objectifs sur lesquels le staff entend surfer. Et même capitaliser dans la perspective du retour en Top 14 où les Soldats roses auront un programme copieux : déplacement à Toulouse et réception de l’Usap.

« Pour nous, cette compétition tombe vraiment à pic, confirme le talonneur Lucas Da Silva. Nous avons eu à disputer un match vraiment très important contre La Rochelle, un match qui nous a souri. La pression qui pesait sur nous est un peu retombée. Nous allons passer trois jours ensemble, loin de Paris. Évidemment, on sait que le contexte ne sera pas simple mais l’envie de bien faire nous anime. Et je suis convaincu que cette aventure européenne va nous faire le plus grand bien. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Arnaud BEURDELEY
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?