Pierre Causse, prime à la modernité

  • Le joueur, formé à Graulhet, dans le Tarn, pourrait disputer ses premières minutes en Pro D2 cette saison. Photo Aurélien Delandhuy.
    Le joueur, formé à Graulhet, dans le Tarn, pourrait disputer ses premières minutes en Pro D2 cette saison. Photo Aurélien Delandhuy.
Publié le

Depuis deux saisons, Pierre Causse fait le bonheur du Racing Club Narbonnais. Le tarnais d’origine impressionne par son activité sur le terrain. Portrait.

La jeunesse narbonnaise se porte bien. À la mi-saison, les espoirs du RCN, pourtant promus, pointent à la sixième place de la poule 1 d’Espoirs Reichel Élite. Une surprenante position loin d’être imméritée, tant les Audois font plaisir à voir jouer. Dans ce groupe, certains joueurs se distinguent, parmi eux : Pierre Causse. Arrivé en 2020 en provenance de Castres, ce deuxième ou troisième ligne de 21 ans est rapidement devenu un cadre du groupe orange et surtout titulaire indiscutable. De par ses performances, il a de suite gagné la confiance de Sébastien Buada, l’entraîneur. "Le gros point fort de Pierre, c’est son activité se réjouit le manager audois. Il touche énormément de ballons, plaque à tour de bras, c’est un maillon fort de notre effectif, un vrai joueur moderne."

Un style de jeu qui force à la comparaison : "On aime bien me comparer à Romain Durand, le joueur de Mont-de-Marsan, avoue Pierre Causse. Honnêtement, ça ne me dérange pas, il fait une bonne carrière. Mais je pense que je rappelle des souvenirs à certains au niveau de mon parcours, nous sommes tous les deux passés par Castres avant de signer Narbonne."

Un passage enrichissant au CO

Pour sa première saison sous les couleurs narbonnaises, le Tarnais d’origine atteint la finale de la poule d’accession. Une partie perdue face à Vannes qui n’empêchera pas les Audois de goûter au championnat Élite cette année. Échouer une marche avant le bouclier, un sentiment que connaissait déjà Pierre Causse au moment d’approcher la Méditerranée. En 2018, il a disputé la finale du championnat de France Crabos sous les couleurs du Castres olympique. Une rencontre durant laquelle les Tarnais se sont inclinés sur la pelouse du Stade de France face à Grenoble. Au CO, le deuxième ou troisième ligne a grandi, et surtout progressé à vitesse grand V : "C’est à Castres que j’ai côtoyé pour la première fois le haut niveau. Ça aide forcément pour apprendre plus vite et se forger à disputer des rencontres âpres."

Au total, le joueur formé au Sporting Club graulhétois aura passé cinq saisons sous la tunique bleue et blanche. Un passage qu’il qualifie "d’enrichissant dans de nombreux domaines". Notamment au niveau du caractère, quand il a dû retrouver sa forme d’antan après une rupture d’un ligament croisé en début de saison 2018-2019.

Priorité au rugby… tout en pensant aux études

C’est devenu une priorité dans le monde du rugby : penser de plus en plus tôt à la reconversion professionnelle. En 2020, le Graulhétois avait plusieurs propositions qui s’offraient à lui. Le Castres olympique tentait de le conserver une saison supplémentaire mais c’est finalement Narbonne qui a raflé la mise. Un choix largement réfléchi de la part du deuxième ligne : "J’ai préféré la proposition de Narbonne, d’une part car au niveau sportif, cela me convenait largement mais en termes d’études également. J’ai pu viser le secteur de l’immobilier, ce que je n’aurais pas pu faire à Castres." Au final, bien lui en a pris puisque, autant rugbystiquement que professionnellement parlant, ce choix est payant.

Aux portes du Pro D2

Si vous suivez de près les actualités du Racing Club narbonnais, vous avez sûrement vu passer son nom. Depuis quelques semaines, Pierre Causse est au plus près du groupe professionnel lors des rencontres de Pro D2. À Vannes, le week-end dernier, il était vingt-quatrième homme. Le monde professionnel se rapproche : "Je suis certain qu’il va rapidement avoir sa chance avec l’équipe première, affirme Sébastien Buada. Sans les petites blessures qu’il a connues en début de saison, il aurait été lancé dans le grand bain." Pierre Causse, lui, n’attend que ça : "J’espère jouer en Pro D2. Ce serait un grand accomplissement !" C’est tout le mal qu’on souhaite au jeune tarnais.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?