Pro D2 - Dernier rendez-vous de l’année primordial pour Aurillac

  • Les Aurillacois de Latuka Maituku vont se confronter à Vannes avec un objectif commun se mettre à l’abri avant la trêve des confiseurs.
    Les Aurillacois de Latuka Maituku vont se confronter à Vannes avec un objectif commun se mettre à l’abri avant la trêve des confiseurs. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Ce dernier rendez-vous de l’année à Jean-Alric est primordial pour les Aurillacois, s'ils veulent passer les fêtes au chaud, sans gamberger.

Pas question de passer outre le dernier déplacement à Montauban la semaine prochaine, mais dans la feuille de route annoncée par le Stade aurillacois, les matchs de Rouen et Vannes, les deux seuls à domicile sur ce bloc, étaient clairement ciblés. Le contrat a été rempli face aux Normands. Il va falloir récidiver face aux Bretons. Des Vannetais qui ne sont très certainement pas à leur place (13e) et qui souhaitent également se mettre à l’abri avant la trêve des confiseurs.

Du fil à retordre donc pour des Cantaliens qui visent clairement la victoire. Un groupe plus motivé que jamais à voir la « détermination » de chacun cette semaine aux entraînements. La sortie à Oyo a fait du bien dans certaines têtes, prouvant ainsi la capacité des Cantaliens à pouvoir s’exporter. Si dans le Haut Bugey, deux-trois erreurs de placement ou d’inattention ont coûté cher, les intentions et le caractère étaient là.

Cette semaine, l’intensité et l’engagement se sont donc invités aux entraînements. Et voilà donc un Stade aurillacois qui semble bien affûté pour cette réception à fort enjeu. « C’est vrai que les gars ont bien travaillé cette semaine, comme chaque semaine d’ailleurs. Cela fait du bien de pouvoir se gratter la tête pour composer une équipe », sourit Roméo Gontineac, l’entraîneur aurillacois.

« Se focaliser sur nous »

Mais le technicien n’est pas dupe. Il sait que Vannes va tout donner dans le Cantal pour venir contrarier et perturber les lancements locaux. « On a étudié notre adversaire. On sait qu’ils sont très dangereux, mais nous devons avant tout nous focaliser sur nous afin de pouvoir mettre notre jeu en place. » Encore et toujours, le staff cantalien va demander à son groupe d’être « encore plus précis » dans le jeu, mais aussi dans le détail, « en mêlée, sur les mauls, sur le jeu au pied, sur qui fait quoi… ».

Un peu tout donc, comme à chaque fois, car les Cantaliens ne peuvent se permettre de faire dans l’à-peu-près. La discipline sera aussi au cœur des débats. Le Stade doit éviter à tout prix de donner de la matière aux Bretons. « Nous avons composé le meilleur groupe à nos yeux pour défier Vannes », relève le coach qui savoure, de plus, de pouvoir travailler autour et avec « trois équipes quasi au complet ».

Mais attention, cet Aurillac souriant et bien dans ses baskets ne devra pas tomber dans la facilité. On sait que le Stade est performant dos au mur. On sait aussi qu’il est délicat pour les Cantaliens de franchir ce pas, ce cap pour virer une bonne fois pour toute dans la tranquillité. Alors ce soir, faites-nous taire !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?