Albi : une réplique foudroyante face à Bourgoin

  • Charly Trussardi et ses coéquipiers ont repris du poil de la bête.
    Charly Trussardi et ses coéquipiers ont repris du poil de la bête. Photo Hervé Costes - Photo Hervé Costes
Publié le

Ce week-end il y a eu pas mal de surprises au regard des victoires d’Albi, Cognac-Saint-Jean d’Angély ou encore Dijon qui s’est offert un succès face à l’un des anciens pensionnaires de Pro D2.

Le 13 novembre dernier, Albi, défait sur sa pelouse une semaine auparavant par Valence-Romans, ne tardait pas à reconquérir,en termes arithmétiques s’entend, le terrain perdu en disposant des Blagnacais sur leurs propres terres des Ramiers. Il faut croire que les sessions en déplacement se suivent et se ressemblent pour ceux qui venaient de s’incliner récemment au profit de Soyaux-Angoulême ,devenu entretemps le séduisant dauphin du leader massicois. Ainsi, avant-hier, les Tarnais ont donné au bon vieil adage "même motif, même punition", toute sa pertinence. Avec Bourgoin-Jallieu dans le rôle de la victime expiatoire. Et encore,façon de parler, car, autant les banlieusards toulousains n’avaient jamais grillé qu’un joker (n’oublions surtout pas leur victoire à Massy lors de la confrontation inaugurale), autant , pour les Nord-Isérois, plus dure est la rechute. Comble de l’infortune, ce qui s’est passé hier chez leurs concurrents directs équivaut à l’esquisse du scénario catastrophe. Dijon et Cognac/Saint-Jean d’Angély qui s’imposent de façon concomitante aux dépens d’hôtes plus ou moins nettement mieux classés qu’eux, voilà qui n’était absolument pas écrit, même sur les cartes de quelque voyant extra-lucide !

Si le siège des coalisés Drômois dans le wagon de tête ne saurait en aucune façon être qualifié d’éjectable , pour Dax en revanche, il s’agit d’une nouvelle occasion manquée de se rapprocher dudit Top 6. Toujours est-il que , du côté des vainqueurs, il faut croire que l’appel de Christophe Lacombe a été reçu cinq sur cinq. Ni morte ni même moribonde, donc, l’UCS, avec, en prime, l’annonce du revers essuyé par Aubenas lors de son déplacement, périlleux il est vrai, en terres charentaises, vendredi dernier. Comme quoi la zone rouge est loin très loin même d’avoir livré son verdict. Avec Tarbes pour regarder désormais dans sa direction , ce à quoi pas grand monde ne s’attendait. Oui mais voilà,depuis la réception de Suresnes, rien ne va plus en Bigorre où les défaites s’accumulent. La dernière en date, même pas tempérée par l’obtention du bonus défensif, fait le bonheur de Blagnac , l’outsider qui croit plus que jamais dur comme fer en sa bonne étoile, celle du maintien ! C’est d’ores et déjà peu dire si le gain de la confrontation entre Garonnais et Dijonnais vaudra son pesant d’or, samedi prochain.

Une hiérarchie respéctée

Dans une sphère plus élevée du classement, pas de surprise notable en revanche. Massy,en bon favori qui se respecte, s’est adjugé le premier acte du derby au sommet de l’Ile-de-France tandis que Nice, porté par la botte de Simon Ricquebourg, a repoussé les assauts chambériens. Au bout du compte, pas plus de changement que cela, il faudra s’armer de patience pour voir la situation se décanter, sachant que la notion de "ventre mou", d’ailleurs honnie de maints techniciens, n’a effectivement aucune raison d’être dans la mesure où toutes les équipes, d’un côté ou de l’autre de la ligne de démarcation , sont concernées par l’un des enjeux majeurs que sont la qualification ou le maintien, c’est selon .

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?