Will Skelton, colossal au cœur des rucks

  • Face à Glasgow, Will Skelton a une nouvelle fois fait parler toute sa puissance. Le deuxième ligne australien du Stade rochelais a été déterminant dans le succès des Maritimes ! Photo Icon Sport
    Face à Glasgow, Will Skelton a une nouvelle fois fait parler toute sa puissance. Le deuxième ligne australien du Stade rochelais a été déterminant dans le succès des Maritimes ! Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La Rochelle s’est imposée grâce à sa puissance et les interventions de Gregory Alldritt et de Will Skelton, deux hommes d’exception. Glasgow n’avait pas d’équivalent.

Ce succès, il a fallu l’arracher, et le surveiller comme le lait sur le feu jusqu’au bout. Car ce La Rochelle-Glasgow fut une entrée en matière très consistante, c’est le moins qu’on puisse dire. La Rochelle l’a emporté, mais Glasgow y a cru jusqu’au bout avec un dernier ballon d’égalisation dans les mains des attaquants venus du nord. Mais il fut gratté une fois de plus par Will Skelton. On dit « une fois de plus » car deux minutes plus tôt, le colossal deuxième ligne australien avait fait la même chose pour briser une séquence dangereuse. Ce ne furent pas les seules d’ailleurs, il a bien dû faire deux interventions décisives de plus au cœur des rucks. Sans lui, le match n’aurait pas été tout à fait le même.

Un carton jaune décisif

Dans nos louanges, on l’associera à Gregory Alldritt, le capitaine qui fut excellent de bout en bout, il faut revoir ses deux passes en deux secondes sur l’essai de Eneriko Buliruarua, il faut aussi revoir sa percée terrible de la fin du match, qui faillit aboutir à un essai de 80 mètres.

La Rochelle doit beaucoup à ces deux avants d’exception. Sans doute que Glasgow n’avait pas l’équivalent dans ses rangs, ça s’est vu quand cette franchise écossaise a dominé la première demi-heure, mais d’une façon assez stérile. Parce que sur un plan collectif, les Écossais ont tenu la dragée haute aux Maritimes.Ils ont souvent lancé des attaques au large avec à la fois du culot et une certaine qualité de passes. Mais comme souvent dans les confrontations franco-écossaises, on a fait le constat que les Rochelais avaient pour eux l’atout de la puissance. Ils ont avancé sur leurs temps forts, ils ont aussi dominé le secteur de la mêlée. Voici sans doute la clé de ce succès méritoire mais qui ne fut pas aisé. Ils n’ont marqué « que » deux essais : le premier par Wardi sur un ballon porté impitoyable en première mi-temps, le second après une jolie séquence « essuie-glace ». Sur l’action précédente, M. Carley avait infligé un carton jaune à Rory Darge sur un maul écroulé, ce fut sans doute le tournant de ce match serré. L’essai de Buliruarua fit passer le score à 17-13 (58e). On eut le pressentiment que la Rochelle avait pris le match en main.

Arthur Retière blessé

On retiendra quand même de cette rencontre l’essai écossais, fruit d’une petite chandelle dans l’en-but de Price reprise par Steyn et McKay.Le demi de mêlée des Lions avait pris acte de l’impuissance de ses avants dans le siège de la ligne adverse. Un résumé du rapport de force.

Plus tristement, on se souviendra de la sortie prématurée d’Arthur Retière, victime a priori d’une sévère blessure du péroné.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?