Bourg-en-Bresse : Doucet, centre à maturité

  • Dimitri Doucet est un élément central du jeu bressan. Photo Jean-François Basset Dimitri Doucet est un élément central du jeu bressan. Photo Jean-François Basset
    Dimitri Doucet est un élément central du jeu bressan. Photo Jean-François Basset
Publié le

Un poste degarni par les blessures ce pur bressan tient la baraque et enchaîne les matchs.

Indéboulonnable. Sur ce début de saison, Dimitri Doucet est le joueur le plus utilisé par le staff bressan. Le centre possédait même le dixième temps de jeu de Pro D2 avant sa mise au repos vendredi quand l’équipe était à Colomiers. "C’est sympa de beaucoup jouer, sourit ce pur Bressan. Mais je préférerais jouer un peu moins et que cela se passe mieux pour l’équipe." S’il tient la boutique avec brio, l’équipe souffre en effet de l’absence des Doy et Hingano depuis plusieurs semaines, des centres avec un profil différent de Doucet.

Formé à Montrevel-en-Bresse avant de logiquement grandir sous les couleurs de l’US Bressane, Dimitri Doucet n’est plus le jeune ailier discret qui se satisfaisait de grignoter du temps de jeu. À 28 ans, il s’est affirmé tandis qu’il mène une carrière professionnelle en parallèle dans le secteur de l’intérim. Sur le pré, il maîtrise désormais le poste de deuxième centre. En match, il fait valoir sa régularité et ses aptitudes au duel. Et ses qualités de vitesse lui permettent ainsi de parfois récupérer quelques adversaires infiltrés dans la défense burgienne. En dehors du rectangle vert aussi, son rôle a évolué. "Cela fait deux saisons que je joue souvent, rappelle Dimitri Doucet. Avant, j’avais le niveau mais je me suis réellement plus imposé depuis que j’arrive à une certaine maturité physique. J’ai aussi eu le temps d’évoluer, d’apprendre. Je suis beaucoup plus installé dans le groupe qu’avant. Je fais désormais quasiment partie des plus anciens, on se sent légitime". La saison passée, l’expérimenté Émile Cailleaud appréciait que des plus jeunes reprennent le flambeau aux cadres de l’équipe.

"Il y a vraiment urgence"

Comme ses compères, Dimitri Doucet s’investit pour analyser ce qui cloche côté burgien. "Nous sortons frustrés de nos matchs, lâche-t-il. Avec l’impression d’être dans le vrai en termes de dépense d’énergie. Nous avons le niveau, d’ailleurs cela se voit sur certaines séquences. Mais il y a une question de concentration, d’organisation et de plan de jeu que l’on ne respecte pas forcément. Et puis il y a les erreurs que l’on fait, différentes à chaque fois en plus. Nous ne sommes pas assez carrés sur notre organisation, nos attitudes et nous le payons comptant." Comme désormais à fois à domicile, la pression se fait un peu plus grande avant de défier Grenoble. "En étant grossier, il faut bien se rendre compte que l’on est un peu dans la merde, reprend Dimitri Doucet. Il y a vraiment urgence ! Il ne faut pas qu’on lâche. Aller droit au but avec des choses simples, qui fonctionnent. Que chacun soit dans son rôle. Il faut aller chercher ce supplément d’âme pour que ceux nous soutiennent aient encore plus envie de le faire et nous aident à faire la différence sur les matchs. C’est quelque chose que l’on ira chercher tous ensemble."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?