Montauban demande un top 6 pour Noël

  • Les Montalbanais Stéphane Ahmed et Dan Malafosse veulent profiter de la venue d’Aurillac pour passer les fêtes au chaud. Photo Stéphanie Biscaye
    Les Montalbanais Stéphane Ahmed et Dan Malafosse veulent profiter de la venue d’Aurillac pour passer les fêtes au chaud. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Pressée par ses concurrents directs au classement, l’USM veut profiter de la réception d’Aurillac pour s’assurer de passer les fêtes au sein d’un top 6 qu’elle n’a pour le moment jamais quitté cette saison.

On vous rassure tout de suite, malgré la mauvaise passe que traverse Montauban actuellement, le mal n’est peut-être pas si profond que cela. Certes, il y a pour la première fois de la saison trois matchs sans succès, dont un premier match nul sur la pelouse invaincue de Sapiac. Certes aussi, les Montalbanais n’ont finalement jamais trouvé la clé à l’extérieur dans ce troisième et dernier bloc de la phase aller, déjà assurément le moins abouti. Certes enfin, il y a un gros manque de constance sur certaines rencontres, ce qui a provoqué un léger recul au classement en cette fin d’année. Mais il n’empêche au final que la phase aller de l’USM, qui s’achève avec la réception d’Aurillac, resterait très satisfaisante si les Vert et Noir avaient la bonne idée d’assurer face aux Cantaliens.

"Je ne suis pas spécialement inquiet pour la suite, dédramatisait Dan Malafosse. Même si on garde une marge de progression importante, on peut être sixième à Noël ! C’est quand même beau." Le deuxième ligne est conscient que le coup de moins bien que vivent actuellement les Montalbanais arrive à toutes les équipes du championnat. Il paraît évident que Montauban n’allait pas toujours connaître le rythme du début de saison, où les victoires s’enchaînaient les unes après les autres. "La fin de saison nous dira si on était en surrégime ou pas, poursuit l’ancien briviste. Mais des Stade toulousain qui peuvent gagner 26 matchs sur 26, il n’y en a pas beaucoup. Si on s’était dit qu’on était dans les six premiers au premier juillet, on aurait signé tout de suite."

Plusieurs enjeux

D’autant plus qu’il y a eu du mieux la semaine dernière, lors du déplacement à Bayonne. Malgré, encore, un trou d’air coupable en début de seconde période, qui a finalement coûté le match, les Tarn-et-Garonnais n’avaient pas à rougir de leur performance. Sur le terrain d’une équipe "semblable à une de Top 14", le groupe guidé par Florent Wieczorek pour l’occasion a montré de belles ressources. "À l’extérieur, il nous manquait tous les ingrédients, constatait Malafosse. Mais à Bayonne, on y a cru. On aurait pu baisser les bras en voyant le début de deuxième mi-temps, mais comme je l’ai dit à plusieurs joueurs, ce que j’ai beaucoup aimé c’est qu’on n’a rien lâché. Il faut construire là-dessus parce que sur la durée, ça paiera." Cette équipe a aussi fait mentir certains de ses détracteurs qui lui collaient une étiquette d’équipe strictement d’avants. La preuve en est ce fabuleux essai de cent mètres ou plusieurs combinaisons léchées.

De quoi voir du spectacle pour la rencontre face à Aurillac ? Ne nous avançons pas quand même, d’autant plus que l’enjeu reste important. Il faut que l’USM se relance, conserve son invincibilité à Sapiac, et résiste à Carcassonne pour conserver sa place dans le top 6. Malafosse concluait en ce sens : "Ce match a une saveur particulière, parce qu’on a envie de bien finir devant notre public, de faire une bonne fête le vendredi soir et de partir la tête légère en vacances en se disant qu’on a fait quelque chose de bien lors des quinze premiers matchs. Il en restera quinze autres ensuite, et ce sera à nous de nous battre."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?