Salary cap : les ténors anglais doivent "faire ceinture"

  • Salary cap : les ténors anglais doivent "faire ceinture"
    Salary cap : les ténors anglais doivent "faire ceinture" ActionPlus / Icon Sport
Publié le

Avec un salary cap limité à moins de 6 millions d’euros, les plus ambitieuses équipes anglaises sont confrontées à un véritable casse-tête pour composer leur effectif.

Les dirigeants des principaux clubs anglais ne dorment pas très bien actuellement. La faute à un drôle de casse-tête financier et mathématique qu’ils ont à résoudre : ils doivent composer le meilleur effectif possible avec une masse salariale réduite de près de 30 % par rapport à son niveau de 2020. Au début de la pandémie, pour éviter un naufrage économique, Premiership Rugby avait en effet décidé de baisser momentanément le salary cap de 6,4 à 5 millions de £ sterling (5,8 millions d’euros) – montant auquel s’ajoute 600 000 £ sterling (700 000 €) de crédits d’académie et un "marquee player".

"Je pense que nous nous sommes rendus la tâche difficile pour les deux saisons à venir", déplore Rob Baxter. Le manager d’Exeter est contraint à des économies drastiques et s’apprête à voir partir plusieurs de ses cadres : le deuxième ou troisième ligne écossais Sam Skinner (26 ans, 13 sélections) va prendre la direction d’Édimbourg l’été prochain tandis que le deuxième ligne anglais Jonny Hill (27 ans, 10 sélections) est courtisé par Sale, les Wasps et Leicester. Et ce n’est pas fini, il se murmure même que l’arrière écossais Stuart Hogg (29 ans, 88 sélections) pourrait plier bagage.

Moins compétitifs en Coupe d’Europe ?

Les Saracens, qui vont perdre le pilier springbok Vincent Koch (Sale) et peut-être les frères Vunipola, ou Bristol, et son effectif de galactiques, sont aussi fortement impactés. Les cartes vont donc être rebattues outre-Manche, avec un nivellement des effectifs. Rob Baxter et ses homologues s’inquiètent aussi pour la compétitivité des clubs anglais sur la scène européenne : "La baisse à un plafond de 5 millions de £ sterling est un grand changement. Ce n’est pas comme si c’était quelques centaines de milliers de £, c’est une grande partie de ce que l’on dépenserait. Cela va rendre les autres marchés plus attrayants et ce sera dur de lutter avec certains des clubs qui concourent en Europe. En particulier, les meilleures provinces irlandaises et les meilleurs clubs français mais aussi les Ecossais et les Gallois." Les pensionnaires de Premiership espèrent pouvoir commencer à rehausser le plafond de leur salary cap à partir de la saison 2024-2025.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?