Pro D2 - Agen : Kolinio Ramoka a gâté Armandie

  • À la 52e minute Kolinio Ramoka a inscrit le premier essai et a permis aux Agenais de renverser la situation.
    À la 52e minute Kolinio Ramoka a inscrit le premier essai et a permis aux Agenais de renverser la situation. Photo DDM
Publié le

Comme souvent cette saison, le centre fidjien Kolinio Ramoka a débloqué la situation contre Provence Rugby. Et pourtant, menés 0 à 15, les Agenais ont bien failli perdre une cinquième fois à domicile cette saison.

Agen et les Fidjiens, c’est une grande histoire d’amour. Bercés par les crochets dévastateurs de Rupeni Caucaunibuca et par les charges non moins impressionnantes de Filipo Nakosi dans un passé plus récent, les supporters apprennent à découvrir Kolinio Ramoka. Le nouveau chouchou d’Armandie.

Et vendredi, il a enfilé son costume de Père Noël pour offrir une victoire pas franchement méritée aux siens. « On nous critiquait en début de saison, car nous sommes allés le chercher en Nationale. Comme quoi, il y a de très bons joueurs dans ce championnat », a lâché Sylvain Mirande à l’issue de la rencontre. Évidemment, même si la première préoccupation était de connaître la raison de ce nouveau retournement de situation, il paraissait évident de mettre en avant Kolinio Ramoka.

Auteur de l’essai de la révolte, il a réalisé un 100 % aux plaquages (dont deux offensifs), arraché des ballons importants et mis constamment son équipe dans l’avancée. Il a aussi provoqué l’ultime faute aixoise, amenant le coup de pied gagnant de Lagarde.

D’ailleurs, l’entraîneur des trois-quarts ne tarit pas d’éloges sur son poulain : « Sincèrement, c’est un très, très bon joueur de rugby. Il plaque, il met du pied quand il le faut, il est puissant, il va vite, il fait jouer derrière lui. C’est clairement un facteur X. » Lors de la dernière action du match, le Fidjien a bien failli partir inscrire un doublé, mais un plaquage, semble-t-il, sans ballon, l’en a empêché. Bref, Ramoka impressionne.

« Il y a un truc dans cette équipe »

Après l’annonce de Jeff Fonteneau concernant les arrivées de Bernard Goutta et Christophe Deylaud, nous avons voulu en savoir plus sur la situation du Fidjien. Est-il suivi par de grosses écuries ? « C’est un garçon que l’on suit évidemment. Il nous apporte beaucoup, il est attachant. Il est avec nous jusqu’en 2023, mais il fait partie des joueurs que l’on veut conserver, oui. »

Vous l’aurez compris, l’ancien Cognacais a débloqué une situation bien mal embarquée. Parce qu’à 0 à 15 à la 50e, peu de monde misait sur une victoire lot-et-garonnaise. Même le président et le coach des trois-quarts ont douté. « Mais c’est un scénario que l’on peut voir de deux manières », explique Mirande. « D’un côté, il y a un gros problème car nous n’y arrivons pas sur nos premières périodes. Une fois, c’est un accident. Deux, non. Donc on va chercher le problème et le résoudre. Mais d’un autre côté, on gagne alors qu’on est mené de cette manière. Ça prouve vraiment qu’il y a quelque chose dans cette équipe. »

Ce qui est certain, c’est que les Agenais ont su s’en sortir deux fois. Notamment grâce à leur centre fidjien, qui a participé à toutes les rencontres cette saison. Mais le SUA ne pourra pas toujours s’en remettre à son facteur X. Il est urgent de trouver des solutions. Goutta et Deylaud doivent y aider.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu VICH
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?