Top 14 - Les Castrais au bout du conte

  • Les Castrais se sont imposés sur le fil à Aimé-Giral.
    Les Castrais se sont imposés sur le fil à Aimé-Giral. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Peu emballés de voir ce déplacement gâcher leur Noël, les Tarnais ont été contraints de jongler avec une foule d'éléments contraires qui ne les ont pas pour autant empêchés de s'offrir un beau cadeau.

Dans la carte blanche que lui avait offerte Midi Olympique la semaine dernière, le manager du CO Pierre-Henry Broncan n’y était pas allé par quatre chemins, affirmant haut et fort que devoir entraîner et voyager le 25 décembre le dérangeait. « J’entends déjà ceux qui disent que pour aller jouer à Perpignan, nous pouvions partir le 26 au matin. Eh bien non ! On prépare un match de rugby, un combat. Deux jours et demi de relâche, sur des sportifs de haut niveau, ça compte. Il serait très imprudent de partir à Perpignan le dimanche 26 au matin, sans faire un point sur les joueurs, surtout en cette période de pandémie. »

Un argumentaire évidemment bien étudié mais ne soyons pas dupes : pour avoir évolué de longues années en tant que joueur (entre autres) en Pro D2 et pour connaître mieux que personne les arcanes du rugby amateur, Pierre-Henry Broncan sait très bien que partir en bus au matin d’un match n’est pas totalement incompatible avec un bon niveau de performance.

Alors, on nous pardonnera d’avoir surtout perçu dans la sortie du boss du CO une manière comme une autre de mobiliser ses joueurs, sur l’air bien connu du « seul contre tous » qu’affectionnent tant les Tarnais. De ce point de vue, il va sans dire qu’avec les quatre rencontres de Top 14 reportées et le décalage de son match à 18 heures, Broncan pouvait voir dans ces aléas autant d’arguments supplémentaires pour remonter comme de juste ses joueurs, au moment d’aller chercher une deuxième victoire à l’extérieur cette saison.

Barlot : On a compensé nos erreurs par de l’envie

Le moins que l’on puisse dire, alors ? C’est que ce plan de com et de motivation bien huilé a plutôt bien fonctionné, le CO parvenant même à passer outre les forfaits de dernière minute de Dumora (parti assister son épouse en attente d’un heureux événement) puis de son remplaçant Thomas Larregain (blessé). En l’absence des deux arrières, c’est ainsi le jeune Louis Le Brun qui fut promu au poste de titulaire, Antoine Zeghdar entrant sur une patte sur le banc après s’être tordu une cheville au Munster une semaine plus tôt.

Sans que cela perturbe le moins du monde leur équipe, pas plus que ce quart d’heure de domination infructueuse en début de match, ou cette grossière erreur d’Urdapilleta en fin de première mi-temps. « On se fait ch… tout seuls, à sortir des trucs qui viennent de nulle part et à s’exposer dans notre camp, pestait à la mi-temps le pilier Wilfried Hounkpatin. Il va falloir revenir à ce qu’un sait faire, mettre de la pression, des gros plaquages, et jouer chez l’adversaire. »

Un mot d’ordre appliqué à la lettre au retour des vestiaires, malgré - encore - une foule d’éléments contraires, de l’essai refusé à Laveau pour un hors-jeu involontaire de Kornath contrant Urdapilleta au départ de l’action (42e) à cette interception d’Ardron avortée par un retour de Jaminet (46e)… C’est ainsi qu’à la 70e, le choix audacieux d’une pénaltouche permit à Chilachava d’inscrire en force l’essai qui permit au CO de prendre enfin l’avantage.

La preuve d’une foi inextinguible en leur destin qui permit aux Castrais, autant à l’expérience qu’à l’arraché, de conserver leur avantage jusqu’au bout d’une immense séquence défensive dans leurs propres quarante mètres. « On se complique la tâche à coups de touches perdues et de pénalités bêtes que nous avons au moins réussi à compenser par l’envie », synthétisait le talonneur Gaëtan Barlot. Pour s’offrir un joli cadeau de Noël, au bout du « conte »…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?