Top 14 - L'opinion du Midol : Melvyn Jaminet, la fin de l’état de grâce

  • La mauvaise passe de Jaminet en club s’est malheureusement confirmée ce dimanche.
    La mauvaise passe de Jaminet en club s’est malheureusement confirmée ce dimanche. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

C’est vieux comme l’histoire d’Icare, monté si près du soleil qu’il s’en brûla les ailes : plus la vitesse d’une ascension s’avère brutale, plus la violence de la chute peut l’être en retour. D’autant plus lorsque l’objet volant en question est un ovni… Alors, il est évidemment bien trop tôt pour parler d’une malédiction du poste de numéro 15 des Bleus. Mais force est de constater que le destin de Melvyn Jaminet, appelé chez les Bleus alors qu’il n’évoluait qu’en Pro D2 puis installé (et performant) par Fabien Galthié lors des tests de novembre, ressemble dans ses grandes lignes à celui de ses prédécesseurs.

Quelques mois à peine après avoir débarqué en Top 14, le Varois a ainsi paraphé son contrat au Stade toulousain et battu les Blacks. Tranquille. Le problème ? Il est qu’en parallèle, les performances de Melvyn Jaminet avec l’Usap s’en ressentent. Coupable lors de la défaite des siens face à Paris, peu performant dans la foulée à Bordeaux, Jaminet avait encore été tout proche de commettre une grosse boulette face à Clermont fin novembre… Une mauvaise passe en club qui s’est malheureusement confirmée ce dimanche : un ballon potentiel d’essai aplati de justesse ballon mort, un pied mordant la ligne de touche par-ci, une pénaltouche non trouvée par là, une passe après contact malheureuse prélude à l’essai en contre de Laveau, des duels aériens perdus, une importante pénalité manquée…

Des détails, certes. Mais de ceux qui font la différence entre une victoire et une défaite, surtout dans le contexte d’une équipe en lutte pour le maintien, qui doit pouvoir compter sur ses plus forts talents dans les moments importants. Autant dire qu’en 2022, l’Usap attendra logiquement de sa pépite qu’elle rectifie le tir, plutôt que de sombrer dans un doute que son talent insolent ne mérite pas…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?