Top 14 - Les Rochelais sont surpuissants !

  • Dans des conditions dantesques, Brice Dulin s'est distingué.
    Dans des conditions dantesques, Brice Dulin s'est distingué. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Portés par un pack de fer et quelques individualités fantastiques, les Rochelais ont empoché le bonus offensif face au Lou, se replaçant par la même occasion à la quatrième place du championnat.

Lundi soir, sous les trombes d’eau du stade Marcel-Deflandre, le staff rochelais avait décidé de faire prendre l’air à la meilleure équipe du moment, celle qui aurait logiquement dû affronter Bath en coupe d’Europe, si d’aventure le deuxième round de la Champions Cup n’avait pas été reporté pour les raisons que l’on connaît. Face au Lou, le redoutable axe droit Will Skelton/Uini Atonio avait été reformé, quand la charnière néo-zélandaise Tawera Kerr-Barlow/Ihaia West était promise à animer le jeu ou qu’au milieu du terrain, les anciens soldats roses Jonathan Danty et Jeremy Sinzelle avaient pour mission de secouer la défense adverse.

Verdict ? Derrière un tel paquet d’avants, probablement le plus dense et le plus puissant de tout le vieux continent, on se dit qu’il ne peut rien arriver aux Jaune et Noir, dès lors que ceux-ci se mettent dans la tête de marquer leurs adversaires directs dans le combat collectif. Parce qu’entre nous : cette équipe lyonnaise, quand bien même fut-elle amputée lundi soir de trois gros-porteurs de balle tels Demba Bamba, Romain Taofifenua ou Beka Saginadze, avait néanmoins fière allure et, en ce sens, avoir assisté à une telle performance des avants maritimes, surpuissants en mêlée fermée ou sur les mauls pénétrants après touche, est en soi une preuve supplémentaire de l’appétence rochelaise pour la guerre de tranchées.

Brice Dulin au sommet

À ce jeu-là, on soulignera le match gigantesque de Gregory Alldritt, revenu dans la forme qui était la sienne l’an passé, alors qu’il était seul au monde au poste de numéro 8, en équipe de France. Propre dans ses sorties de mêlée, précieux en touche et renversant à l’impact, l’ancien troisième ligne du FC Auch a probablement réalisé face au Lou son meilleur match, depuis le coup d’envoi de la saison.

À ses côtés, impossible de passer sous silence le match de Uini Atonio, redevenu depuis quelques mois le meilleur droitier du championnat : énorme en mêlée fermée, où il mit au supplice son vis-à-vis Sébastien Taofifenua, le pilier tricolore, vainqueur des All Blacks en novembre dernier, a aussi fait parler la poudre balle en mains. Quel punch !

Si lundi soir, les trois-quarts furent pour des raisons évidentes moins en vue que leurs compères du paquet d’avants, la prestation de Brice Dulin a néanmoins frappé l’attention des 16 000 spectateurs du stade Marcel-Deflandre : toujours bien placé sous les ballons hauts, excellent en défense (son ultime plaquage sur le Lyonnais Ethan Dumortier permet à son équipe de conserver le bonus offensif) et précis sur toutes ses relances, l’ancien Racingman a brillé de mille feux malgré ces conditions climatiques apocalyptiques.

Au vrai, Dulin fut si fort dans la tempête de l’ouest qu’on se demande aujourd’hui si les dés sont vraiment jetés, concernant le poste d’arrière en équipe de France. Quand bien même Jaminet bute, peut-on se priver du sang-froid de « Dudule » ?

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?