Pro D2 - Deux hommes en forme : Bosviel - Coly, charnière vorace

  • Grands bonshommes de cette première moitié de saison de Pro D2, le demi de mêlée de Mont-de-Marsan, Léo Coly, et l’ouvreur de Montauban, Jérôme Bosviel, règnent sur les statistiques.
    Grands bonshommes de cette première moitié de saison de Pro D2, le demi de mêlée de Mont-de-Marsan, Léo Coly, et l’ouvreur de Montauban, Jérôme Bosviel, règnent sur les statistiques. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Grands bonshommes de cette première moitié de saison de Pro D2, le demi de mêlée de Mont-de-Marsan, Léo Coly, et l’ouvreur de Montauban, Jérôme Bosviel, règnent sur les statistiques.

La fin de saison de Pro D2 livrera ses verdicts, autant collectifs qu’individuels et décernera son flot de distinctions. Champion, promu, relégués… Meilleur marqueur, buteur ou réalisateur. Une chose est sûre, à ce stade : s’il fallait établir un XV de départ type de la deuxième division, la charnière serait composée du Montois Léo Coly et du Montalbanais Jérôme Bosviel.

Avouez que ça aurait de la gueule. Et pas seulement parce que les deux joueurs survolent les classements statistiques, figurant dans le top 10 de la quasi-intégralité des catégories (voir ci-dessous). Il y aurait, dans cette association, un bel équilibre.

D’abord : la jeunesse, la fougue et la vitesse de Coly, pour coller aux ballons et aux rucks, dynamiser sans cesse le jeu de son équipe et trouver des espaces, pour lui ou pour ses coéquipiers. Ensuite : l’expérience, la science de Bosviel dans la gestion du jeu et de ses subtilités, ses temps forts et faibles, ses moments propices à l’attaque et ceux, plus sages, qui réclament de la patience et de l’occupation. Reste à savoir qui buterait ? À ce jeu, les deux hommes se valent : 87,3 % de réussite pour Léo Coly, 87,9 % pour Jérôme Bosviel. Problème de riche.

Coly, première en haut… et dernière en Pro D2 ?

Pour Bosviel, ce niveau de performance n’est pas nouveau. Un temps, cela aurait même pu (dû ?) lui ouvrir les portes du Top 14. Toulouse s’était renseigné et Castres avait bien avancé dans les discussions. Bosviel avait finalement opté pour la fidélité à l’USM.

Léo Coly, lui, construit sa première saison pleine. Et même sensationnelle, à l’échelle du Pro D2. Grand espoir du rugby français, demi de mêlée titulaire des Bleuets champions du monde (2019) en Argentine, il explose sans attendre aux yeux du rugby français. Et, déjà, un départ en Top 14 ? « On aimerait qu’il s’épanouisse encore un peu chez nous », espérait son président Jean-Robert Cazeau, lors de la remise de son Oscar Midi Olympique. Mais les plus belles écuries du Top 14 n’ont d’yeux que pour lui. « Il est prêt. S’il part, il va réussir », confiait même un de ses entraîneurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?