Top 14 - Contre Biarritz, une si belle opportunité pour Bordeaux-Bègles...

  • Thierry Païva et les Bordelo-Béglais espèrent assoir leur suprématie en Top 14.
    Thierry Païva et les Bordelo-Béglais espèrent assoir leur suprématie en Top 14. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cueillis en ouverture du championnat par les Biarrots, les Bordelais ont là une occasion en or de faire oublier ce faux pas inaugural.

Ce dimanche, Chaban-Delmas devrait vibrer sans modération. Avant le retour momentané à une jauge à 5 000 personnes, le public girondin, contingent le plus mobilisé et fidèle d’Europe, tiendra à célébrer à sa juste valeur l’occasion et un début d’année 2022 des plus prometteurs. Entre la première place au classement et la récente prolongation de contrat du manager Christophe Urios, nouvelle attendue depuis des semaines, les motifs de réjouissance ne manquent pas.

Cette affiche dominicale est aussi censée permettre aux Bordelais de conforter voire d’accentuer leur position en tête du Top 14 quand, dans le même temps, Toulouse sera confronté à Clermont, à Marcel-Michelin. Face à la lanterne rouge, vaincue à chacun de ses déplacements cette saison, l’UBB se voit offrir l’occasion d’empocher un septième succès à domicile en autant de réceptions. Avec, sûrement, dans un coin des têtes, l’ambition secrète d’y ajouter un cinquième bonus offensif. La meilleure attaque du Top 14 – avec 2,9 essais par match en moyenne – peut légitimement y prétendre.

Quatre mois après « la leçon de couilles »  

Et ce même sans le maître à jouer Matthieu Jalibert, tout juste sorti de son isolement. Un mois après avoir battu Toulouse et pris les commandes du championnat, Bordeaux doit assumer son statut : « On sait que l’on va être attendu sur les prochains matchs, évoquait dernièrement Thierry Païva. Mais on ne se base pas sur l’idée que l’on est un gros prétendant. On va sur notre chemin. »

Au-delà de l’enjeu du jour, Maxime Lucu et ses partenaires auront l’occasion de solder les comptes de 2021. À commencer par le faux pas initial subi à Biarritz, le 4 septembre dernier (27-15). À Aguilera, pour leur retour de vacances, ils avaient reçu « une leçon d’enthousiasme, de courage, de couilles et de rugby, comme l’avait, sans détour, résumé Christophe Urios. Je n’ai pas vu l’équipe de Bordeaux sur le terrain. » 

Ces 80 minutes très en deçà des attentes et des standards d’un demi-finaliste avaient conduit à une remobilisation générale. En suivant, l’UBB avait enchaîné une série de huit matchs sans revers. À domicile, les Girondins restent d’ailleurs sur une défaite logique mais frustrante face au leader anglais Leicester (13-16), lors de leur dernière sortie. C’était le 11 décembre dernier.

Depuis, leurs deux rendez-vous ont été ajournés, empêchant les troupes de Christophe Urios de reprendre leur marche en avant. Une raison de plus pour faire de ce premier dimanche de l’année une formidable fête à Chaban-Delmas.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?