Top 14 - Face au Stade français, vraie chance ou fausse bonne occasion pour Perpignan ?

  • Six jours après avoir craqué devant le CO, les Sang et Or devront trouver les ressources mentales et techniques pour rivaliser avec le Stade français.
    Six jours après avoir craqué devant le CO, les Sang et Or devront trouver les ressources mentales et techniques pour rivaliser avec le Stade français. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après une cruelle défaite à domicile face au Castres olympique, les Catalans défient des Parisiens sans ryhtme. L’espoir est permis, en partie...

À chacun ses problèmes. Si le Stade français doit composer avec une préparation raccourcie et un manque de compétition, l’Usap se retrouve, elle aussi, confrontée à des embûches de taille. « Est-ce que nous avons plus de chances de faire un coup par rapport au contexte ? interroge Patrick Arlettaz. Sur le papier, on pourrait le croire. Mais nous sortons d’un match très dur face à Castres qui remontera à six jours alors que, de leur côté, ils auront l’avantage de la fraîcheur. Et puis, cette rencontre est coincée avant notre déplacement à Biarritz. Je ne dis pas que l’on ira là-bas pour gagner mais il faut y penser, déjà. Honnêtement, j’aurais préféré que ce match à Paris soit placé à un autre moment. » 

« De la frustration à digérer » 

La programmation de cette affiche ne semble donc convenir à personne. Six jours après avoir craqué devant le CO, les Sang et Or devront trouver les ressources mentales et techniques pour rivaliser avec cet adversaire présumé plus fort mais distant de seulement quatre points : « Le Stade français est en difficulté actuellement mais, vu son effectif, je ne crois pas que l’on sera jusqu’au bout à la lutte. » 

Face à des hôtes privés de compétition depuis un mois, pour la plupart, et donc potentiellement à court de rythme, les Catalans ne peuvent partir vaincus d’avance. Si leur pack tient le bras de fer en conquête – condition sine qua non, le promu possède suffisamment d’atouts individuels pour déborder les Soldats roses. Le manager pose la problématique collective des siens : « Il ne faut pas négliger la difficulté pour une équipe comme nous, ou comme Biarritz, d’enchaîner de tels défis. Nous avons perdu face à Castres malgré un match plutôt correct. Les joueurs en sont sortis mâchés, il y a eu de la frustration à digérer, de la casse… »

La lassitude, l’absence fâcheuse du papa des lignes arrière De La Fuente, la rotation d’effectif due au calendrier et le pedigree de l’adversaire sont autant d’équations à résoudre. Mais pour espérer se maintenir, l’Usap serait inspirée de créer l’exploit à l’extérieur tôt ou tard. Ça peut être à Paris. Ou à Biarritz dans une semaine. Une certitude, en tout cas : un zéro pointé sur ce double déplacement serait une sacrée épine dans le pied pour la suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?