Top 14 - Toulouse : Cyril Baille, sur du long terme

  • Cyril Baille est le troisième cadre toulousain à avoir prolongé avec le club après Antoine Dupont et Guillaume Marchand.
    Cyril Baille est le troisième cadre toulousain à avoir prolongé avec le club après Antoine Dupont et Guillaume Marchand. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Le Stade toulousain continue d’assurer l’avenir en prolongeant les contrats de ses internationaux. Cyril Baille est le dernier en date. Il est maintenant Toulousain jusqu’en juin 2027.

Cyril Baille sera donc Toulousain jusqu’en 2027 ! La nouvelle de sa prolongation de contrat est arrivée dimanche dernier, comme un cadeau pour les supporters. « J’aurai alors 34 ans en septembre », s’amuse à compter le pilier international qui est arrivé au Stade toulousain en cadet en 2009, décrochant un premier titre de champion de France pour sa première saison en Rouge et Noir. Au moment, il toquait à la porte de l’équipe première, le titulaire à son poste s’appelait Jean-Baptiste Poux. Il a ensuite bataillé avec Steenkamp et Kakovin pour quelques minutes de temps de jeu avant de devenir actuellement un des meilleurs au monde à son poste.

Une référence que le Stade toulousain a voulu sécuriser un an avant la fin de son contrat en juin 2023, même si Cyril Baille n’avait pas vraiment envie de changement. L’affaire a donc été réglée en quinze jours : « C’est un club qui m’a beaucoup donné, où je me sens très bien car je suis entouré ici de beaucoup de copains donc c’était important pour moi de continuer l’aventure avec Toulouse. Je suis aussi heureux d’avoir la confiance du club et ce sera à moi de ne décevoir personne et de continuer à donner le maximum pour l’équipe. Avoir un contrat aussi long m’enlève un poids mais je sais qu’il faut aussi assumer cette marque de confiance. » 

À travers son sourire et au son de sa voix, il est facile de comprendre qu’il n’a jamais eu envie d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. « J’ai toujours signé des contrats assez longs, car je ne me suis jamais vu quitter le Stade toulousain. J’ai la chance d’évoluer avec des copains avec qui je joue depuis 2009 comme Doudou, Arthur, Thomas. Après, Antoine est arrivé et maintenant Anthony avec qui je suis très proche. Il faut avoir conscience de cette chance. Je crois aussi qu’il existe un contrat moral entre le Stade et moi. Quand j’ai été blessé, le club m’a énormément soutenu et ne m’a jamais laissé tombé. Je lui dois beaucoup, j’en suis très reconnaissant et je pense que nous avons aujourd’hui un pacte de confiance car tout le monde a été là pour moi dans les moments difficiles. »

À 28 ans, Cyril Baille a déjà connu les titres mais aussi les doutes, passant presque deux ans loin des terrains. Il a donc toujours cet enthousiasme de junior, heureux de pouvoir vivre de sa passion, et cette soif de toujours convaincre : « Il ne faut surtout pas se croire arriver. En signant aussi longtemps le piège serait de se reposer sur ses lauriers. Il ne faut surtout pas se prendre pour un autre. Mon poste me permet de rester humble car on apprend toujours. Si tu arrêtes de travailler, tu es certain de te faire renverser en mêlée. C’est un poste qui demande beaucoup de rigueur, auquel on progresse toujours. C’est ce qui fait sa beauté et sa difficulté. » 

Tout laisse à penser que les meilleures années du pilier toulousain sont devant lui, même si son palmarès est déjà impressionnant. Il a encore le temps d’écrire quelques belles lignes, que ce soit en club mais aussi avec l’équipe de France, avant la fin de son nouveau contrat : « 2027, il ne me tarde pas d’y être car ça sentira quand même un peu la fin. On verra dans quel état je me trouverai, mais je serai proche de mes dernières années. En tout cas, je vais continuer à prendre soin de mon corps pour essayer d’être performant sur la durée. » Mais pour l’instant, il ne pense qu’à Clermont, impatient de retrouver la compétition après deux semaines « au repos » forcé.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?