Bayonne : Cassiem, atypique… et talentueux !

  • Le troisième ligne centre sud-africain, Uzair Cassiem, est l’un des meilleurs joueurs du Pro D2 cette saison. Photo Icon Sport
    Le troisième ligne centre sud-africain, Uzair Cassiem, est l’un des meilleurs joueurs du Pro D2 cette saison. Photo Icon Sport Icon Sport
Publié le , mis à jour

Impressionnant dans le jeu, Uzair Cassiem (numéro huit de Bayonne) l’est également en dehors du terrain. Personnalité attachante, proche du public, le Sud-Africain, a conquis Jean-Dauger.

"Le match, pour lui, est une fête !" Yannick Bru résume en peu de mots la philosophie d’Uzair Cassiem. Le Springbok, comptant huit sélections et arrivé cette saison à Bayonne, dénote par son approche de la compétition. Et pourtant, sur le terrain, personne ne conteste son rayonnement qui en fait l’un des meilleurs, sinon le meilleur joueur de l’Aviron. Il faut le voir aller saluer les supporters, poser sans retenue pour des selfies avec eux, amorcer des pas de danse quel que soit l’endroit. "Il n’a pas l’approche latine de la compétition mais plutôt une décontraction anglo-saxonne. C’est un joueur attachant, extraverti, qui manie bien les réseaux sociaux. Il était très fédérateur chez les Scarlets, très apprécié des supporters gallois. C’est quelqu’un de très rafraîchissant", rapporte le manager bayonnais qui l’a recruté pour jouer… en Top 14.

Malgré une clause en cas de descente en Pro D2, le Sud-Africain a voulu honorer son contrat qui court jusqu’en 2023. "Il voulait embrasser un nouveau challenge, explique Yannick Bru. Prendre un nouveau départ avec sa famille aussi, et dans ces cas-là, le Pays basque est une bonne terre d’accueil."

Bru : "C’est un joueur de Top 14"

Le troisième ligne aurait même dû venir avant, quand Bayonne était monté en Top 14. Mais l’Aviron avait opté finalement pour Matthew Luamanu. Les contacts n’ayant jamais été rompus, les Basques se sont donc décidés à le faire venir car son profil manquait à l’équipe. Il peut occuper les trois postes de la troisième ligne, même s’il revêt le maillot numéro 8. Il est coureur, saute en touche et porte bien le ballon. "Vu son potentiel de toute façon, Uzair est un joueur de Top 14, continue le manager. Il n’y a pas de doutes là-dessus. On n’a pas une petite dizaine de sélections chez les Springboks par hasard, vu la concurrence qu’il y a à ce poste en Afrique du Sud. Il nous a apporté énormément avec le plein d’énergie aussi."

D’un gabarit imposant, 1,94 m pour 113 kilos, il a été le meilleur "franchisseur" du début de saison dans la division. Il est également l’avant le plus utilisé dans le club, avec 14 matchs joués sur 15 dont 12 comme titulaire. Bien souvent irrésistible quand il porte le ballon, il est, de plus, ciblé par toutes les formations. L’Aviron devra donc le ménager pour préserver cette énergie et cette efficacité quand viendront les joutes décisives de fin de saison.

C’est à ce moment-là aussi que l’expérience du joueur de 31 ans, accumulée chez les Cheetahs, les Scarlets et en équipe nationale, prendra toute sa mesure.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?