Face au LOU, le Racing fut pourtant héroïque

  • Le Racing fut  pourtant héroïque
    Le Racing fut pourtant héroïque
Publié le , mis à jour

Pourtant privés d’une quinzaine de joueurs, les Racingmen ont réalisé l’une de leurs plus belles performances en Top 14, cette saison. Héroïques, les Franciliens quittent Gerland avec un point de bonus défensif.

Lorsque la Ligue Nationale de Rugby proposa la semaine dernière aux présidents de club de durcir le protocole Covid et, afin d’envoyer un signe fort aux autorités sanitaires du pays, de tester les joueurs -vaccinés ou pas- deux fois par semaine, seuls le Rochelais Vincent Merling et le Racingman Patrick Serrière (directeur général du club Ciel et Blanc) semblèrent, au départ, convaincus du bien-fondé de la démarche. Pour autant, le changement de protocole a cette semaine joué un bien mauvais tour aux Franciliens puisqu’en perdant coup sur coup, et à la suite de résultats positifs, six joueurs de leur effectif (Gaël Fickou, Victor Moreaux, Baptiste Chouzenoux, Kurtley Beale, Teddy Thomas, Eddy Ben Arous, Ibrahim Diallo), le Racing vit sa préparation à la 14e journée du championnat largement emplatrée par les rebonds de la pandémie. Ajoutez à ceux-là les quelques grands blessés que compte le groupe (Fabien Sanconnie, Nolann Le Garrec, Boris Palu, Baptiste Pesenti, Teddy Iribaren) et vous comprendrez pourquoi Laurent Travers et son staff envoyèrent une équipe à ce point remaniée à Gerland, dimanche soir. Ce constat étant posé, on peut à présent conclure du premier match du Racing en 2022 que les Franciliens ont plus de coffre qu’on ne l’aurait pensé il y a encore deux mois.

Chat, le retour de "Big Jim"

Déjà, la défense francilienne a retrouvé face à l’une des équipes les plus denses du championnat une partie de son efficacité. Ensuite, et c’est l’axe majeur de cette bafouille, les progrès entraperçus par le paquet d’avants du Racing ces derniers temps se confirment et, contre une équipe très bien organisée dans ce secteur, la mêlée francilienne a tenu la dragée haute à Demba Bamba et grand Tao (quel axe droit !) quand Wen Lauret mettait le bronx dans un alignement où, habituellement, Dylan Cretin et Felix Lambey sont intouchables. Qu’on le veuille ou non, le travail entrepris par Didier Casadéi depuis quelques mois semble commencer à payer et de sortie en sortie, les Ciel et Blanc remettent la marche avant. "Nous n’avons pas envie de véhiculer l’image d’un paquet d’avants fragile, d’une équipe trop tendre", nous confiait d’ailleurs Camille Chat à ce sujet, la semaine dernière. Ledit Chat, revenu à son meilleur niveau après un début de saison cauchemardesque, a de son côté prouvé qu’il n’était pas loin d’être indispensable au rendement francilien. Au bout du bout, on se dit aujourd’hui que le Racing, aujourd’hui bouté hors de la qualification, ne sera guère bon à croiser lorsque ses covidés et ses grands blessés rejoindront Machenaud (22 points marqués), Lauret ou Chat, les grands bonhommes du Racing dimanche soir, à Gerland. Comme cette défaite sur le gong fut cruelle…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?