Lyon l’emporte à l’arraché

  • Toby Arnold (LOU Rugby) qui célèbre le victoire des siens face au Racing.
    Toby Arnold (LOU Rugby) qui célèbre le victoire des siens face au Racing. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Longtemps malmené par le Racing, le Lou a su repousser le spectre de la défaite contre Castres le 2 janvier 2021, pour lancer au mieux son année.

Mi-novembre, nous échangions avec le manager d’une équipe auvergnate évoluant en série régionale, un peu (mais pas trop) éloigné du haut de tableau. Il nous confiait qu’il n’était pas inquiet, que les équipes en tête à l’automne n’étaient pas forcément celle en tête au printemps, quand ça compte vraiment. Si les amateurs peuvent voir leurs ambitions s’écrouler par un relâchement coupable pendant la trêve hivernale, les pros peuvent y voir une dynamique naître ou s’écrouler.

Au Lou, on a payé la saison dernière pour l’apprendre. Après un bon début de saison, ses ambitions avaient pris du plomb dans l’aile pendant les fêtes, entre une défaite à Brive après Noël 2020, marquée par les blessures de Jonathan Wisniewski et Mathieu Bastareaud, et une défaite surprenante à domicile contre Castres, le 2 janvier 2021, contre des adversaires à quatorze pendant toute la rencontre ou presque. Alors un an après, il entendait se souvenir de ce qui avait pourri son dernier hiver. "C’est toujours particulier, rappelait Pierre Mignoni avant la rencontre. Il y a deux matchs en six jours, il y a eu les fêtes, le jour de l’an… Nous avons joué avant la Coupe d’Europe, et on va bientôt y retourner."

Et il y a aussi un groupe lyonnais toujours branché sur courant alternatif, capable du pire quand on attend de lui le meilleur ou du meilleur quand on craint le pire.

La priorité d’enchaîner

Cette fois le Lou était prévenu, et avec deux réceptions en l’espace de six jours, l’occasion était trop belle pour s’installer dans le haut du classement. Et il n’est pas tombé dans un match haché, face à un adversaire embrouilleur. Au contraire, les deux équipes se sont rendues coup pour coup, dans un chassé-croisé au tableau d’affichage spectaculaire.

En difficulté en conquête direct (des mêlées pénalisées à la 23e et 60e, deux penaltouches perdues dans le camp du Racing aux 29e et 33e), le pack lyonnais a également cédé face à la puissance adverse sur l’essai de Camille Chat (53e). En fin de match, il n’a pas réussi à faire sauter la digue adverse. Le Lou s’est résolu à écarter un ballon (75e), avant de ne pas parvenir à capter une nouvelle penaltouche (76e). Mais il a su aller chercher le succès grâce au retour de deux de ses impact player, Josh Tuisova au début de l’action décisive et Baptiste Couilloud à sa conclusion.

Cette première victoire hivernale ne promet pas forcément un printemps qui chante mais elle montre que le Lou, qui s’était écroulé l’hiver dernier, vendra cette fois plus chèrement sa peau que la saison dernière. A condition bien sûr de confirmer samedi prochain contre Pau. Ce serait ballot de ne pas pouvoir enchaîner après et de solder enfin le souvenir d’un dernier hiver à oublier.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?