Delpoux : « Le maintien, on y croit dur comme fer »

  • Marc Delpoux est le nouveau manager de RC Narbonne
    Marc Delpoux est le nouveau manager de RC Narbonne
Publié le , mis à jour

Désormais manager de Narbonne, Marc Delpoux nous a accordé un entretien pour s'exprimer sur son nouveau rôle.

Vous êtes désormais directeur sportif du RCN, quel va être votre rôle exactement ?
C’est un rôle de soutien. Le comité directeur et l’ensemble du bureau du Racing Club narbonnais souhaitaient conserver le staff actuel (Julien Seron, Sebastien Logerot et Brice Mach, N.D.L.R.) pour conserver la sérénité de l’équipe. Je ne pense pas que le staff soit responsable de toutes les défaites de quelques points que l’on a subis. Certaines sont dues à des détails, que je vais essayer de régler. Je vais venir en renfort et en confort du staff. On va élaborer des stratégies ensemble et je vais aussi essayer de leur enlever cette pression pour qu’ils puissent se concentrer sur le sportif. .

Vous parlez de détails, régler ces problèmes qui ont souvent coûté cher fait partie de vos priorités ?
Oui, car ce n’est pas anodin si on a perdu six ou sept matchs de deux ou trois points dans les dernières minutes. C’est aussi à nous d’essayer d’analyser tout ça, c’est ce que l’on fait depuis la trêve. Il y a la stratégie sur les touches, sur les lancements, sur l’organisation défensive. On veut surtout mettre en place une stratégie pour sauver le club et on a tous les matchs retours pour essayer d’inverser la dynamique. Régler ces petits détails fera que nous ne perdrons pas une fois de plus de peu.

Le match contre Oyonnax (défaite de Narbonne 70-0) a-t-il été l’élément déclencheur pour opérer ces changements au sein du staff ?
C’est sûr que ce match a précipité les choses. Quand on fait le bilan des quatorze premiers matchs ce n’est pas le match à Oyonnax qu’il faut retenir, c’est le fait que partout où on est allé on s’est battu, à Aix, à Agen, à Vannes. Certaines fois l’adversaire était plus fort mais l’équipe n’a jamais rien lâché, on le voit lors de la défaite cruelle face à Carcassonne.

Vous avez porté le maillot Orange et Noir, vous avez aussi entraîné cette équipe, cela vous tient à cœur d’essayer de sauver le club ?
Je suis impliqué à 100 % dans le club. Oui cela me tient à cœur car le projet sportif je le porte depuis trois ans. On a gravi les échelons. On est passé de cinquième de Fédérale à la Nationale et de la Nationale au Pro D2 en deux ans. Aujourd’hui le club est en train de se structurer sportivement, peut être qu’on est allé trop vite et que la marche est trop haute. Mais on a envie de jouer à fond ce challenge. Le maintien on y croit dur comme fer, le calendrier de la phase retour doit nous être favorable. Ce n’est pas un gage de réussite, mais un gage d’espoir.

²On va se battre avec nos armes. Je vais demander aux joueurs un surplus d’âme, même s’ils ont déjà beaucoup donné. Je vais demander au staff du travail. On va aussi demander aux Espoirs d’être derrière nous. On a accepté le challenge du Pro D2 qui est dur, je vois qu’en Top 14 les promus ne sont pas à la fête non plus. C’est malheureusement comme ça, donc on va se battre et si on y arrive tant mieux.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?