Oyonnax veut alimenter son capital confiance

  • Les Oyomen d’étienne Herjean doivent commencer 2022 comme ils ont fini 2021. Photo Icon Sport
    Les Oyomen d’étienne Herjean doivent commencer 2022 comme ils ont fini 2021. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’équipe de l’Ain reste sur sept victoires consécutives… le souvenir de la dernière réception des Isérois lui évitera toute suffisance.

Certains souvenirs sont tenaces. Celui du dernier match livré à Mathon face à Grenoble s’inscrit dans cette catégorie. C’était il y a un an, jour pour jour, le 7 janvier. Les Isérois, qui occupaient alors la douzième place du classement, bien que menés 24-3 à la pause, étaient repartis du Haut-Bugey avec une victoire (27-35) qui avait totalement changé le cours de leur saison. Battus et même privés du bonus défensif, les Oyomen avaient eu du mal à retrouver de la constance dans leurs résultats.

Et revoilà Grenoble, à nouveau repoussé dans la deuxième moitié du tableau, attendu à Mathon pour le match de la rentrée. Stop !

Joe El Abd, l’entraîneur oyonnaxien, n’a pas vraiment envie qu’on lui repasse le film : "Le contexte est différent, la dynamique n’est pas la même."

Les chiffres confirment. Si l’an passé Oyonnax avait lancé sa saison sur une suite de sept succès avant de connaître une fin d’automne et un début d’hiver délicats, une forme de constance s’impose aujourd’hui pour la formation du Haut-Bugey qui aborde la deuxième partie du championnat dans l’élan d’une suite de sept victoires consécutives, avec un bilan de onze victoires sur ses douze derniers matchs, avec aussi les atouts indéniables que peuvent procurer la meilleure défense et la deuxième attaque du championnat.

Pas d’excès

À défaut de conférer des certitudes, de tels arguments apportent a minima une confiance qui depuis quelques semaines n’a pas manqué de trouver sa traduction dans le jeu oyonnaxien. Et il n’y a pas que les dix essais inscrits face à Narbonne, lors de la dernière journée, pour nourrir cette si précieuse confiance. Joe El Abd en témoigne : "Cet atout nous le devons à nous-mêmes, nous l’avons fait grandir par nos résultats, par notre rigueur. Nous avons besoin de nous répéter pourquoi et comment nous gagnons nos matchs. Nous avons repris l’entraînement le 2 janvier. Les joueurs ont eu droit à deux semaines de vacances, mais cela ne veut pas dire que durant deux semaines ils ont totalement oublié le rugby. Ils ont été sérieux, impliqués et lors de la reprise ils étaient tous prêts."

Les Oyomen n’ont donc pas fait d’excès durant les fêtes, ils n’en feront pas non plus au moment de puiser dans leur capital confiance pour la reprise face à Grenoble, leur entraîneur s’en fait le garant : "On ne recevra pas Grenoble avec de la suffisance. C’est une équipe qui a des qualités et qui va nous proposer du combat. Nous avons travaillé depuis la reprise pour être à notre meilleur niveau en sachant qu’un gros match nous attend devant. Il sera important d’être efficaces sur nos temps forts en nous appliquant à faire des choses simples." De telles consignes ne sauraient s’apparenter à de simples bonnes résolutions. Elles entrent en résonance avec des ambitions que Joe El Abd s’attache à rappeler : "Cette année 2022 doit être une grande année pour Oyonnax Rugby. Nous avons bouclé la phase aller avec 55 points, l’idée est de faire aussi bien lors de la phase retour", et de continuer à alimenter le capital confiance.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?