Promotion Honneur - Pour Bagnac et Maurs, à deux c’est mieux

  • L’ancien pilier du Stade aurillacois, Franck Membrado (à gauche) peut être satisfait. Ses poulains occupent la deuxième place de leur poule. Photo DR
    L’ancien pilier du Stade aurillacois, Franck Membrado (à gauche) peut être satisfait. Ses poulains occupent la deuxième place de leur poule. Photo DR
Publié le

Châtaigneraie Célé Rugby - Promotion Honneur : En difficultés sportives, Bagnac et Maurs ont choisi l’option du rassemblement. À la trêve, les résultats sont satisfaisants avec une deuxième à la clé.

À Bagnac et Maurs, la balle ovale a donné du relief à ces patelins du Lot et du Cantal. Lors de la précédente décennie, les Bagnacois ont eu une période dorée en raflant cinq titres consécutifs de l’ancien comité Limousin de la Quatrième Série à la Promotion Honneur. Lors de cette incroyable aventure, les Lotois ont même goûté aux joies du titre national de Deuxième Série 2014 face aux Catalans de Ponteilla. De son côté, Maurs n’a jamais connu la joie d’un sacre national, mais ce club centenaire a évolué en Fédérale 3 et flirté dans les années 2000 avec la montée en Fédérale 2.

Ces moments fastueux ont fait place dans un passé récent, à une période plus morose. En 2020, Maurs fermait la marche de sa poule en Honneur. Bagnac n’était pas non plus bien portant à l’échelon inférieur. Séparés par sept kilomètres, dirigeants bagnacois et maursois ont fait le choix dans un élan de survie de mettre en place un rassemblement au niveau des seniors. "C’était la solution la plus sage, précise le secrétaire, Christophe Mas. Il y a deux ans, les deux clubs étaient sportivement en difficultés. L’un ou l’autre aurait peut-être jeté l’éponge. Que ce soit à Bagnac ou à Maurs, il y avait la volonté des dirigeants de se rapprocher. Aussi, les joueurs étaient favorables au projet, ils étaient même les premiers demandeurs. Pour la mise en place du rassemblement, cela a facilité les choses."

"Le rassemblement était nécessaire"

De cette volonté, le rassemblement Châtaigneraie Célé Rugby a vu le jour à l’été 2020. Après une première saison prématurément stoppée au mois d’octobre 2020, la greffe entre Lotois et Cantalous est actuellement couronnée de succès. Avec un groupe de cinquante seniors assidus, les entraîneurs Franck Membrado et Jérome Defrieux, deux anciens professionnels du Stade aurillacois obtiennent des résultats flatteurs et encourageants.

L’équipe réserve tire parfaitement son épingle du jeu et postule pour une place qualificative. Quant à l’équipe fanion, elle loge à la deuxième place de sa poule derrière Luzech. En neuf rencontres, les Rouge et Bleu se sont illustrés à sept reprises, pour deux revers en terre tarnaise à Rabastens (13-25) et l’Isle-sur-Tarn (6-21). De quoi rendre le sourire aux supporters et dirigeants lesquels entrevoient l’avenir avec un peu plus sérénité.

"Les résultats sont en train de donner un nouvel élan aux deux clubs, ça montre que le rassemblement était plus que nécessaire. Dans ce rapprochement, il n’y a que du positif", ajoute Christophe Mas. Pour l’avenir, le tout jeune rassemblement peut être optimiste. Lors du déplacement Souillac, l’encadrement a lancé dans le grand bain de l’équipe fanion, un ouvreur de 19 printemps, un centre et un ailier de 18 ans. À Bagnac et à Maurs, les supporters songent maintenant à la phase éliminatoire. Un rendez-vous dont ils n’étaient plus habitués ces dernières années.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?