Lopez : « Nous ne sommes pas respectés »

  • Camille Lopez sous les couleurs clermontoises
    Camille Lopez sous les couleurs clermontoises Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Attendu à Bayonne dans quelques mois, Camille Lopez donnera néanmoins tout, avant son départ, pour remettre l’ASMCA à la place qui devrait être la sienne...

Comment jugez-vous la première partie de saison de votre équipe ?

(il soupire) Nous avons été irréguliers, pas très performants… Nous comptons surtout deux défaites à la maison, contre l’Ulster et Castres. Il va désormais nous falloir cravacher pour accrocher le wagon des qualifiés, que ce soit en coupe d’Europe ou en championnat.

JJ Hanrahan, votre doublure, a connu des débuts difficiles à Clermont. Comment le sentez-vous ?

Il a juste besoin de temps et de confiance : JJ Hanrahan arrive du Munster, où le jeu au pied avait une place beaucoup plus importante que dans notre système de jeu. Chez nous, il a aussi beaucoup occupé les postes d’arrière ou de centre, ces derniers mois. Ce n’est pas évident pour prendre ses marques. Mais Jono (Gibbes) va l’accompagner ; notre coach connaît son boulot.

Malgré sa dernière victoire face à Toulouse, il semble que Clermont fasse moins peur, aujourd’hui. Êtes-vous d’accord ?

Ce serait mentir de répondre par la négative. Nous sommes moins craints qu’avant, moins respectés, aussi. Mais on ne le doit qu’à nous. Nous avons manqué de résultats et de régularité ces dernières saisons. Il nous faut donc remettre au plus vite le club là où il était il y a quelques années.

Vous allez quitter le club pour rejoindre, probablement, l’Aviron bayonnais. Morgan Parra, lui, signera vraisemblablement au Stade français. Vos départs vont-ils aider l’ASMCA à écrire une nouvelle page de son histoire ?

Je l’espère. Ce club, je l’aime. C’est à l’ASMCA que j’ai connu mes plus belles années de rugbyman. J’y ai gagné un Brennus, joué des finales de Champions Cup… Je n’oublie pas, non plus, que nous sommes arrivés à deux à Clermont et qu’au jour où nous quitterons l’Auvergne, nous serons cinq. Je vais donc tout faire pour laisser le club à la place où je l’ai trouvé en arrivant, à l’époque où je devais reprendre le flambeau laissé par Brock James.

Imaginez-vous vraiment votre ami Morgan Parra à Paris ?

Il a fait un choix… (il s’arrête) Bon… Rien n’est encore officiel, non ? (il marque une pause) On est vraiment obligé d’en parler ? (rires) Je ne sais pas où Morgan ira au printemps prochain mais quand il quittera l’ASM, ce sera encore plus particulier pour lui que pour moi : je vous rappelle qu’il est arrivé à Clermont il y a presque douze ans…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Marc Duzan
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?