Les Oyonnaxiens impitoyables contre Grenoble

  • Dominateurs dans tous les secteurs du jeu, les Oyonnaxiens n’ont laissé à Grenoble aucune chance de rééditer la performance de la saison passée.
    Dominateurs dans tous les secteurs du jeu, les Oyonnaxiens n’ont laissé à Grenoble aucune chance de rééditer la performance de la saison passée. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Dominateurs dans tous les secteurs du jeu, les Oyonnaxiens n’ont laissé à Grenoble aucune chance de rééditer la performance de la saison passée.

Il est des attitudes et des petits gestes qui en disent beaucoup. Charlie Cassang en témoigne: "L’essai de Grenoble en fin de match a un peu gâché notre plaisir. On s’est même un peu engueulé sur le coup. Lucas Dupont s’est étonné que l’on cherche à contrer la transformation. Il m’a demandé à quoi cela rimait vu l’écart, je lui ai expliqué que ne rien donner aux autres fait partie de nos motivations." Joe El Abd ne s’en était pas caché au soir de la victoire face à Narbonne (70-0), il attend de ces joueurs qu’ils soient impitoyables. Même tenu loin de Mathon en raison de la Covid, l’entraîneur du Haut-Bugey a été entendu. Son équipe a décroché, avec une maîtrise consommée, sa huitième victoire consécutive et son sixième bonus offensif. "Ce n’était pas évident", admet Charlie Cassang "nous avons vécu une préparation compliquée avec un staff impacté par la pandémie, une équipe qu’il a fallu recomposer jusqu’au dernier moment, mais nous n’avons pas changé notre méthode. La semaine nous travaillons sous pression, ce qui nous aide ensuite à garder notre calme lors des matchs. Face à Grenoble nous sommes restés patients. En n’ayant inscrit que trois points dans la première demi-heure malgré notre domination, nous ne sommes pas tombés dans la précipitation comme nous aurions pu le faire la saison passée." Implicitement le demi de mêlée oyonnaxien reconnaît que quelque chose a changé. "Aujourd’hui notre groupe est plus solide, plus étoffé, il nous permet de nous appuyer sur notre banc. Nous avons aussi des certitudes sur notre jeu. La saison passée nous nous sentions petits par rapport à Perpignan, désormais nous avons un statut différent et jouer pour saisir la moindre opportunité constitue la meilleure façon de l’assumer. En un an, nous avons gagné en maturité, en sérénité. Nous voulons tous aller chercher le Graal. À partir de là nous travaillions pour arriver en demi-finale avec le maximum de confiance, et en ayant comme but de marquer l’histoire."

Debaty: "Ce groupe est animé d'un formidable état d'esprit"

Le maître à jouer des Oyomen n’est pas le seul à louer les vertus du groupe. "Nous avons une équipe totalement impliquée. Tout le monde est sur la même longueur d’onde. Quand j’ai appris que je serai seul au bord du terrain pour ce match je ne cache pas avoir eu un petit moment de doute. Mais j’ai vite été rassuré en voyant les leaders concentrés et l’ensemble de l’équipe capable de faire abstraction de la situation", confie Vincent Debaty après avoir vécu sa première expérience en solo de coach. Il poursuit "Ce groupe est animé d’un formidable état d’esprit. À aucun moment il ne s’est laissé gagner par le souvenir du duel de l’an passé. Il est resté dans son match pour le construire avec autant de maîtrise que de patience, quitte à attendre la fin de la première période pour creuser un premier écart." Avant le coup d’envoi, il avait délivré un message simple à ses joueurs : "Vous avez les clés. J’ai confiance en vous parce que vous savez ce que vous avez à faire". Vincent Debaty ne s’était pas trompé.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?