Une soirée noire pour Grenoble

  • L’Ain ne réussit pas aux Isérois. Dominés à Oyonnax, ils voient le bas du tableau se rapprocher.
    L’Ain ne réussit pas aux Isérois. Dominés à Oyonnax, ils voient le bas du tableau se rapprocher. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’Ain ne réussit pas aux Isérois. Dominés à Oyonnax, ils voient le bas du tableau se rapprocher.

Récompense d’un baroud d’honneur symbolique, l’essai pointé à l’ultime seconde par les Isérois n’aura en rien changé leur perception des réalités d’un match à sens unique. Quelle que soit la voix, le constat est en effet le même. « Nous avons manqué de tout en étant pris et dominés dans la conquête, dans l’occupation, dans les collisions. Ce match doit nous faire mesurer l’écart qui nous sépare du haut du tableau… et il est grand » assène le 3e ligne Antonin Berruyer vite rejoint sur le terrain du désappointement par son demi de mêlée, Eric Escande : « Rien n’a fonctionné, nous avons été pris partout. Nous devons prendre conscience de notre niveau en étant convaincus qu’il n’est pas bon. » Fabien Gengenbacher est tout aussi critique envers ses joueurs : «C’est une soirée noire. Nous avons été dominés dans tous les secteurs. Au final il y a trente points d’écart. En plus nous perdons notre pilier Régis Montagne sur un carton rouge. Cela pourrait avoir des incidences sur les prochains matchs. En fin d’année nous étions repartis de Bourg-en-Bresse avec de la honte et nous redémarrons dans l’Ain de la même manière négative. Nous n’avons pas réglé nos problèmes. Il faut absolument en passer par une remise en cause pour récupérer et préparer notre prochain match contre Vannes. »

Même avec seulement quatre points d’avance sur le premier relégable, Bourg-en-Bresse, personne dans la maison iséroise ne songerait à crier au feu, pour autant le mot « maintien » n’apparaît pas tabou.

« Il faut avoir cette peur », convient Antonin Berruyer, « mais plutôt que de nous inhiber elle doit nous porter à regarder vers l’avant. Le mois de janvier sera coriace, avec les réceptions de Vannes et de Rouen, le déplacement à Bayonne. Notre objectif doit être de prendre à chaque fois des points. » Éric Escande valide « notre objectif doit désormais être de sauver notre saison. Cela signifie qu’il faudra arriver avec plus d’intentions, plus de valeurs de combat pour gagner des matchs. C’est urgent. » 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?