Fédérale 3 - La voix du rugby palaisien

  • Le speaker Jean-Marie Pujol et sa collaboratrice Annie Périssé fidèles au poste. Photo Philippe Etchegoyen
    Le speaker Jean-Marie Pujol et sa collaboratrice Annie Périssé fidèles au poste. Photo Philippe Etchegoyen
Publié le , mis à jour

Saint-Palais - Fédérale 3 - Jean-Marie Pujol est le speaker du rugby palaisien depuis quarante-sept ans !

À 82 ans, l’Audois d’origine Jean-Marie Pujol ne manque ni de vigueur ni de souffle. Depuis quarante-huit ans, il assure sa mission de speaker lors des matchs que joue Saint-Palais sur son terrain du mythique stade André-Hays. Et dans ce rôle qu’il maîtrise parfaitement, le personnage exprime toute sa passion pour le rugby et sa fidélité à son club. Le rugby, Jean-Marie Pujol l’a découvert sur sa terre natale de l’Aude, à Argeliers. Technicien dans la production du tabac, sa profession le conduisit à Saint-Palais en 1973. La voie était tracée. Il intègre le club local, d’abord en qualité d’arbitre de Fédérale, en Première division et Groupe B de l’époque. Les longs déplacements n’étant pas compatibles avec ses activités, l’arbitre parvenu à saturation stoppe l’aventure en 1985 pour s’investir plus en profondeur au sein de son club, notamment en ce qui concerne l’arbitrage mais pas seulement. Jusqu’alors, il était intermittent speaker, compte tenu de ses nombreuses absences les jours de match, le sifflet pendu au clou. Il devient titulaire du poste… et aujourd’hui, il continue de parler dans le micro secondé par la fidèle Annie Périssé, en charge de prendre des notes et proche du commentateur de Radio Mendililia, Philippe Etchegoyen, qui lui a consacré un article dans une édition de "La semaine du Pays basque". Ainsi traverse le temps l’immuable trio de la tribune de presse palaisienne.

Les bons et les mauvais moments

Quand Jean-Marie Pujol a posé ses bagages sur le sol de la capitale de Navarre, le club évoluait dans le haut du tableau de la Troisième Division. Il va même accéder à la Deuxième Division avant de connaître en 1990 une terrible dépression qui va le conduire en Honneur. Atterrissage douloureux, le séjour au purgatoire a duré dix ans. Jean-Marie Pujol raconte : " J’ai vécu les bons et les mauvais moments du club. Parmi les meilleurs souvenirs, je conserve le titre de champion de France Honneur en 2010. Raisonnablement, j’estime que la place du club aujourd’hui se situe à hauteur de la troisième division fédérale, son niveau actuel, et tout sera fait au sein de l’USSP pour que cette position soit pérenne. En ce qui me concerne, tant que j’ai la santé, je continuerai à apporter ma petite contribution en venant au stade tenir le micro de speaker." Et ses amis d’imaginer déjà le bel anniversaire que seraient dans deux ans les cinquante années d’appartenance à l’US saint-palaisienne.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Gérard PIFFETEAU (avec Ph. E.)
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?