Gibert : "La chistera, je ne pensais pas l’avoir en magasin..."

  • Décisif à son entrée en jeu, Antoine Gibert a offert samedi soir à Wenceslas Lauret et au Racing un essai libérateur. Il raconte...
    Décisif à son entrée en jeu, Antoine Gibert a offert samedi soir à Wenceslas Lauret et au Racing un essai libérateur. Il raconte... Icon Sport - Icon Sport
  • Décisif à son entrée en jeu, Antoine Gibert a offert samedi soir à Wenceslas Lauret et au Racing un essai libérateur. Il raconte...
    Décisif à son entrée en jeu, Antoine Gibert a offert samedi soir à Wenceslas Lauret et au Racing un essai libérateur. Il raconte... Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Décisif à son entrée en jeu, Antoine Gibert a offert samedi soir à Wenceslas Lauret et au Racing un essai libérateur. Il raconte...

D’Antoine Gibert, on a longtemps cru qu’il ne serait jamais autre chose qu’un "bon joueur de club". Sur ce que démontre depuis quelques mois l’attaquant du Racing (24 ans), il va de soi que nous nous sommes lourdement trompés. De fait, "Gibus" est actuellement si juste dans sa conduite du jeu que l’on se demande, en coulisses, s’il n’a pas dépassé le maître, en l’occurrence Finn Russell. Rapide, précis dans l’animation et doté d’un bon jeu au pied, Antoine Gibert a aussi le superpouvoir d’évoluer aux postes de numéro 9 et d’ouvreur avec la même réussite. "J’ai toujours été habitué aux deux positions, nous disait-il dimanche matin. Je crois qu’en numéro 9, je me pose moins de questions : je me dis juste que je dois coller au ballon et éjecter. Certains de mes potes disent que je suis ouvreur. D’autres assurent que je suis meilleur demi de mêlée. Moi, je m’éclate aux deux postes."

A-t-il seulement conscience de semer la pagaille dans les têtes de ses coachs, en vue de la fin de saison ? Doublera-t-il in fine l’ouvreur de la sélection écossaise, lorsque viendront les gros matchs du printemps ? À ce sujet, il botte en touche "Au Racing, Finn Russell est comme un grand frère. Il m’aide à analyser les défenses adverses dans la semaine, a ce côté déconnecté qui me fait du bien… Finn dédramatise, gère la pression avec le sourire. Surtout, il n’a pas son pareil pour s’adapter, au dernier moment, à une défense. Sa grande force, elle est là." Courtisé par le Stade rochelais il y a quelques mois, Antoine Gibert a néanmoins décidé d’étendre son contrat dans le 92. "C’était la première fois que j’étais sur le marché des transferts, dit-il à présent. L’intérêt rochelais était flatteur : cette équipe venait de terminer la saison comme double finaliste et Ronan (O’Gara), que je connais bien, m’avait parlé de son projet. Mais bon… Le Racing est mon club de cœur, mon club formateur. J’ai envie de gagner quelque chose avec cette équipe et à mon sens, tout est encore jouable cette saison."

 

Gibert : "Slimani glisse un peu vite"

 

Auteur d’une très belle entrée en jeu samedi soir, "Gibus" a permis au Racing, d’un splendide exploit personnel, d’enterrer les Jaunards et de s’offrir une bouffée d’oxygène en championnat. Il raconte : "Tout part d’une très bonne remontée de balle de Kurtley (Beale). Après ça, Finn (Russell) appelle le jeu dans le côté fermé et, ce faisant, la défense clermontoise est attirée. Au départ, j’ai l’intention de glisser le ballon au pied, derrière le premier rideau clermontois. Mais là, je vois que Rabah Slimani glisse un peu vite sur l’extérieur : je feinte alors la passe et prends le trou." Il marque une pause, reprend : "J’ai alors progressé sur l’aile parce que les courses croisées d’Olivier (Klemenczak) et Donovan (Taofifenua) ont aspiré Damian Penaud." Seul au monde, il lui fallut alors éviter de poser un orteil en touche. "Quand l’arbitre (Tual Trainini) a appelé la vidéo, je me suis dit que c’était fini, que j’avais nécessairement franchi la ligne. Mais non…" Verdict ? "Je ne sais pas si c’est la passe décisive la plus spectaculaire de ma carrière mais elle est en tout cas inédite. La chistera, je ne pensais pas l’avoir en magasin… Généralement, je préfère les passes au pied."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?