Top 14 - Mathieu Acebes pousse un coup de gueule après avoir été insulté devant sa famille

  • En conférence de presse après le match, le capitaine de l’Usap Mathieu Acebes s’est indigné du sort qui lui a été réservé par une poignée de supporters du club basque.
    En conférence de presse après le match, le capitaine de l’Usap Mathieu Acebes s’est indigné du sort qui lui a été réservé par une poignée de supporters du club basque. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

En conférence de presse après le match, le capitaine de l’Usap Mathieu Acebes s’est indigné du sort qui lui a été réservé par une poignée de supporters du club basque.

Mathieu Acebes est un joueur entier. Comprenez par là qu’il est de ceux qui ne s’économisent pas sur le terrain et qui disent haut et fort ce qu’ils pensent, en-dehors. Sans détour, ni langue de bois. Ainsi, le capitaine de l’Usap, qui a peu goûté à l’accueil et au comportement d’une partie des supporters biarrots, l’a fait savoir après le match. "Je me suis fait insulter pendant tout le match devant ma famille. Il ne faut pas oublier, non plus, que j’ai porté le maillot de ce club et à un moment donné, il faut être respectueux. On peut être supporter, on peut encourager une équipe, mais insulter gratuitement quand on est assis dans la tribune, c’est un peu moyen", a expliqué l’ailier catalan après la rencontre.

 

Plus jeune, il a joué au BO

 

Meneur d’hommes, Acebes est un joueur que les supporters adverses adorent détester. Parce qu’il remplit son rôle de capitaine lorsqu’il parle et bataille avec l’arbitre (ce qui lui a même valu de prendre 10 mètres de plus juste avant la mi-temps). Parce qu’il harangue sans cesse ses troupes et a, in fine, un impact sur le match. Néanmoins, méritait-il d’être injurié par le public biarrot ? On n’en est pas convaincu. Avait-il mis le feu aux poudres dans les médias, la semaine avant le match ? Pas vraiment, puisque celui qui débarqua au BO en cadets, avant de quitter les Rouge et Blanc à 19 ans (2003-2007), avait même déclaré, dans nos colonnes, vendredi : "Je n’ai pas honte de le dire, j’aime beaucoup Biarritz. J’ai grandi au Pays basque, j’ai de la famille là-bas. Maintenant, j’ai aussi beaucoup d’amour pour l’Usap avec qui je vis une très belle histoire. Au BO, avec les pros, je n’avais disputé que des matchs amicaux. J’avais été sur la feuille en championnat, mais sans entrer en jeu. Ça reste un passage très fort."

Dans la salle de presse du stade Aguilera, Acebes, qui aime parfois se nourrir des ambiances hostiles, a poursuivi son coup de gueule ainsi : "On essaye de passer outre, mais quand ça dure 80 minutes… À un moment donné, il faut remettre les choses dans leur contexte. Le supporter supporte. Il n’insulte pas. Si on veut m’insulter, on vient le faire en face après le match, quand je sors. Pas à 100 mètres. Je ne mets pas tout le monde dans le lot, parce qu’il y a de très bons supporters au BO. Mais j’espère que ceux-là verront que je trouve ça très stupide."

 

Acebes : "Des enragés qui disent des choses très vilaines"

 

Pour tout dire, on a trouvé plutôt bon enfant les chambrages dont étaient victimes l’arrière Melvyn Jaminet, caractérisé de "Toulousain" avant ses tentatives, ou l’arbitre Adrien Descottes, qualifié de "Bayonnais" lorsqu’il prenait une décision à l’encontre du BO. En revanche, on a trouvé bien dommage que le public biarrot, si bruyant, jovial et précieux depuis que le club basque est remonté dans l’élite, soit gangrené par une minorité "d’enragés, qui disent des choses très vilaines", comme l’a souligné le capitaine sang et or, samedi soir.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Fred69 Il y a 9 jours Le 10/01/2022 à 12:51

Semble malheureusement être devenu une constante à Aguilera.
Je suis allé voir BO-ST en début de saison avec mon gamin de 10 ans, joueur de rugby. Nos voisins, de jeunes imbéciles alcoolisés, n'ont cessé d'insulter à forte voix les joueurs toulousains ainsi que les arbitres...après je ne suis qu'à moitié étonné tant l'exemple donné par le président du BO n'est pas dans les valeurs qui devraient être celles du sport.