Nationale - Bourgoin-Jallieu : Retour au jeu pour Florian Lavaux

  • Photo d'illustration
    Photo d'illustration Icon Sport - Matthieu Mirville
Publié le , mis à jour

Florian Lavaux était heureux de revenir au jeu face à ses anciens coéquipiers. Il fait partie des nombreux blessés lors de la première partie de saison.

Àl’image de nombreux Berjalliens, il a plus fréquenté l’infirmerie que les vestiaires et les terrains d’entraînement ou de matchs depuis l’été dernier. La deuxième saison de Florian Lavaux au CSBJ a vite connu un coup d’arrêt, au mois d’août, pendant la préparation. « Je me suis blessé à un ischio-jambier, rappelle-t-il. C’était entre une élongation et une déchirure… » Le muscle était touché sur 15 centimètres et l’ancien… Albenassien, a mis du temps à se soigner et à pleinement récupérer. Deux rechutes ont repoussé son retour sur les terrains, et ont forcément provoqué des doutes chez le joueur pendant un automne difficile individuellement et collectivement. « Mentalement, cela a été dur, reconnaît Florian. Quand tu ne joues pas pendant cinq ou six mois, c’est difficile. C’est ma dernière année de contrat. Le staff ne me connaissait pas. Forcément, tu doutes. Et l’équipe était mal… »
Remplaçant contre Albi, lors d’une rechute à domicile, il a été titularisé lors du dernier match de l’année, à Soyaux-Angoulême. Contre Aubenas, il enchaînait sa deuxième titularisation. Et cela s’est plutôt bien passé. Si un excellent coup de pied n’a pas trouvé une issue favorable (54e) en raison du départ précoce d’un coéquipier, sa chandelle fut décisive d’entrée pour mettre la pression sur la défense adverse. Dans un match d’hiver typique, son jeu au pied s’est révélé précieux. « C’était l’objectif d’occuper le terrain et de mettre beaucoup de pression à la réception des coups de pied. Dans ces situations, c’est le rôle du dix de le faire. »

En concurrence avec Sola


Surtout, il a évité un essai en fin de match, qui aurait pu rebattre les cartes. Il a réussi à reprendre l’ailier, Alexis Clément, auteur d’une interception. Le visiteur fut pénalisé dans la foulée. « J’ai couru, rigole l’ouvreur. J’ai réussi à le plaquer. Mais c’est le fruit d’un bel effort collectif. J’étais occis donc je ne sais pas qui va gratter ensuite… » Revenir pleinement au jeu et aider le CSBJ à se relancer contre Aubenas n’est pas anodin. Le natif de Beaune, qui a commencé le rugby à Nuits-Saint-Georges, a éclos à Aubenas en Fédérale 1, après avoir fréquenté les équipes de jeunes du Stade Français et de Nevers. « Je me suis épanoui, j’ai mûri à Aubenas, rappelait-il. Je dois pas mal de choses à ce club, dont je garde un excellent souvenir. » Il reste maintenant à tous les Berjalliens à se souvenir de ce match contre Aubenas pour continuer à construire leur jeu et leur maintien.
« On saura dimanche prochain à Tarbes si c’était un match déclic », tranche Florian Lavaux. Et il saura s’il enchaîne une troisième titularisation de suite. Il devrait être en concurrence avec Romain Sola, également sorti de l’infirmerie. Mais que ce soit pour les deux joueurs, ou le staff, c’est un bon problème à gérer après les infortunes automnales.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?