Bordeaux-Bègles et l’éloge des « super remplaçants »

  • À Brive, l’entrée des remplaçants girondins a été décisive. Ben Tameifuna et Joseph Dweba possèdent notamment ce profil de "supersub".
    À Brive, l’entrée des remplaçants girondins a été décisive. Ben Tameifuna et Joseph Dweba possèdent notamment ce profil de "supersub". Photo Midi Olympique - Parick Derewiany - Photo Midi Olympique - Parick Derewiany
Publié le

Les joueurs ne sont pas tous à égalité face à une composition d’équipe. Les meilleurs jouent, mais certains sont plus forts que d’autres quand il s’agit d’apporter leur écot en cours de match.

Les Bordelais ont préparé ce match comme si de rien n’était ou presque. En milieu de semaine, Christophe Urios avait mis en place sa semaine de travail, le plus rigoureusement possible. Évidemment, le manageur bordelais et ses joueurs étaient bien conscients des avanies de cette pauvre Coupe d’Europe que le Covid menace chaque jour un peu plus. Christophe Urios a d’ailleurs donné son opinion sur le match nul imposé à l’UBB par les instances au sujet du match aller face à Llanelli. Il a aussi expliqué à quelle opposition se préparait son club face à ces mêmes Gallois (lire ci-contre). Il a aussi fait le constat d’un entraînement assez tronqué entre les blessés, les covidés et les ménagés.

Le temps de faire un point sur la façon de gérer son effectif avec notamment la question du « coaching », et la propension qu’ont les Bordelais à faire la différence en fin de match. Un atout certain, même s’il ne s’est pas vérifié contre Biarritz, lors du dernier match à domicile. Ce fut le cas en revanche à Brive, où les remplaçants ont apporté un souffle décisif qui a renversé le match. Le phénomène fait partie intégrante de la préparation d’un match. Pour lui, certains joueurs commencent sur le banc, parce que c’est dans cette position qu’ils apportent le plus à l’équipe. Ceci n’est pas une provocation ni un trait d’humour. Plusieurs joueurs bordelais sont estampillés par le staff : « super remplaçants ».

Tameifuna, Dweba, parfaits exemples

« Oui, je laisse certains joueurs sur le banc en sachant qu’ils seront meilleurs que s’ils attaquaient le match et qu’ils peuvent faire basculer la fin de la partie. Quand je fais mon équipe, je commence toujours par le banc. C’est très important. Le rugby se joue à 23, c’est capital. Je prends l’exemple de nos deux derniers matchs : le banc utilisé à Biarritz, qu’on aurait pu qualifier de XXL n’a pas amené l’énergie nécessaire. Je ne dis pas que les joueurs n’ont pas été bons, nuance. À Brive en revanche, la première ligne (Kaulashvili, Dweba, Tameifuna, N.D.L.R.) puis Thomas Jolmès et Alban Roussel ont amené une force, un caractère, une avancée dans laquelle l’équipe s’est réfugiée. Oui, on se pose toujours la question de comment on va finir le match. » Il existe toutefois une différence entre la Coupe d’Europe et le championnat : « Oui, en Top 14, on peut faire revenir des joueurs déjà sortis. C’est un gros avantage, je le reconnais. » Le manager reconnaît que pour certains joueurs, ce n’est pas facile à entendre : « Ben Tameifuna par exemple. Il est tellement bon quand il entre en cours de match que je me demande si ça vaut le coup de le faire débuter. Mais quand on lui explique ça, il a les boules, c’est normal. Mais attention, je ne dis pas qu’il n’est pas bon quand il attaque les matchs. »

Ce n’est pas un problème de condition physique, mais de profil de joueur tout simplement. « Il vaut mieux faire entrer des gars qui ont un profil explosif. Je préfère faire entrer un Jandre Marais qu’un gars comme Kane Douglas ou un Cyril Cazeaux. Ces derniers ont besoin de temps de jeu, si on les fait entrer, ils ont du mal à se situer, à accrocher le match. Les Tameifuna ou les Jospeh Dweba ont un profil contraire. Ils ont un gros impact qu’on fait intervenir sur des défenses fatiguées. Chez les trois-quarts, même topo pour Yann Lesgourgues à la mêlée par sa rapidité. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?