Stade français : "La Barre" au centre

  • Stade français : "La Barre" au centre
    Stade français : "La Barre" au centre Icon Sport
Publié le

À seulement 19 ans, Léo Barré s’impose un peu plus chaque semaine dans l’effectif du Stade français. Parfois à l’ouverture, souvent à l’arrière. Samedi, il sera au centre. Une polyvalence dont il tire profit. Rencontre.

"Si je dois croiser Radradra, je vais bien me chauffer les épaules. Mais, pas de souci. On va mettre le protège-dents et on va y aller." Il est comme ça, Léo Barré. Pas franchement le genre à se poser dix mille questions ou à se relever la nuit, hanté par des cauchemars en lien avec son futur duel avec le Fidjien de Bristol, véritable facteur X des Bears qui a longtemps martyrisé les défenses du Top 14 avec Toulon ou l’UBB. Depuis le début de saison, l’international des moins de 20 ans, retenu pour le prochain Tournoi des 6 Nations, s’impose chaque jour un peu plus au sein de l’effectif parisien. Neuf feuilles de matchs en Top 14 et quatre titularisations pour un total de 457 minutes de jeu. "Je suis très heureux et très fier de jouer un maximum de matchs avec les pros cette saison et surtout d’avoir la confiance de Gonzalo (Quesada), dit-il. Très tôt dans la saison, il m’a fait jouer, ce qui est rare à mon âge et à mon poste. J’ai le sentiment de prendre de plus en plus de confiance au sein de l’équipe. Mon intégration a été excellente, ce qui a favorisé mon épanouissement. Et forcément, ça se reflète sur le terrain."

"C’est une plus-value de pouvoir toucher à plusieurs postes"

Évidemment, difficile pour lui de briller dans un collectif qui peine à trouver son rythme de croisière depuis le début de saison. Mais à chacune de ses apparitions, le même sentiment : il y a du talent chez ce gamin passé par Versailles et Massy avant de rejoindre la capitale. De l’humour aussi. "Je tiens tout de même à préciser que mes premiers pas au rugby, c’était à Gujan-Mestras pendant les vacances scolaires", souligne-t-il. Là-bas, non loin du bassin d’Arcachon, son papy, ancien joueur, anime l’école de rugby. Et à chaque vacances, le même rituel. Parce que chez les Barré, le rugby est une affaire de famille qui remonte à l’arrière grand-père, passé par le club de Chevreuse. Le papa de Léo a d’ailleurs joué au Racing Club de France avec Thomas Lombard. "Mais ce n’est pas pour ça que j’ai choisi de signer au Stade français", précise encore celui dont la polyvalence s’avère de plus en plus précieuse.

Cette polyvalence, justement parlons-en. Depuis le début de la saison, cet ouvreur a passé plus de temps à l’arrière. Samedi, il sera au centre. "Ma polyvalence s’est imposée au club au gré des blessures des uns et des autres, explique l’intéressé. Mais j’y trouve mon compte. Pour un jeune comme moi, c’est vraiment une plus-value de pouvoir toucher à plusieurs postes." Mais le garçon a du caractère. Il ajoute : "Maintenant, mon poste, c’est ouvreur et, éventuellement, centre. Je travaille vraiment pour pouvoir évoluer à mon poste de prédilection. Et quand Gonzalo (Quesada) sentira que je suis prêt pour débuter les rencontres avec le numéro 10, j’essaierais de répondre présent." Comme à chacune de ses sorties.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?