Version Estebanez, Bourg pose ses bases

  • Le manager bressan, Fabrice Estebanez, impose un nouveau cadre à ses joueurs. Photo Icon Sport
    Le manager bressan, Fabrice Estebanez, impose un nouveau cadre à ses joueurs. Photo Icon Sport
Publié le

De l’intensité, un épais volume défensif, et de la rigueur, le nouveau manager bressan a posé un cadre strict à ses joueurs. Qui peuvent aller chercher un troisième succès de rang.

À Bourg-en-Bresse, flotte une certaine excitation. L’USB, restée sur un renversant succès dans son antre avant Noël, a décidé de nommer un nouveau manager Fabrice Estebanez et s’est offert une victoire chez un concurrent direct au maintien (à Rouen, 11-18). Bourg-en-Bresse vient donc de glaner deux succès consécutifs pour la première fois de la saison et l’embellie pourrait être complète devant Provence Rugby. "Aix-en-Provence est une équipe avec d’énormes individualités, modère rapidement Fabrice Estebanez. Et si j’ai beaucoup de respect pour Rouen, cela va être un cran au-dessus. Ce qui m’intéresse, c’est le contenu des matchs. Si l’on a mis les indispensables." Par "indispensables", le manager entend le combat, l’engagement, l’agressivité, la maîtrise, le fait de jouer en équipe et pour l’équipe. "Ou on agit, ou on subit !"

Une défense à fortifier

Pour agir, le manager a commencé par insister sur le chantier de la défense. À Rouen, l’USB n’a encaissé qu’un essai et son plus faible total de points (18). Une base à fortifier. "Les garçons ont répondu présent individuellement mais surtout collectivement, apprécie Fabrice Estebanez. C’est ce qui m’a plu. Il y a vraiment une prise de conscience que l’on a de très bons plaqueurs. Il faut juste trouver ce liant collectif, avec de la communication. Face à Provence Rugby, il faudra être encore plus rigoureux et propres." Cette défense renforcée pourra ensuite permettre un jeu plus complet. "Si on met les indispensables, on a ensuite des joueurs qui savent jouer au rugby, reprend le manager. La preuve avec l’essai que nous avons inscrit à Rouen. La première base c’est d’avoir une défense solide. Et quand petit à petit, nous prendrons confiance en notre défense, on va peut-être oser un peu plus."

Nouvelle organisation au quotidien

Pour ne pas subir le rythme des adversaires, une nouvelle organisation est mise en place. Il n’y a pas forcément plus d’heures d’entraînement mais les séances sont intenses, surtout en début de semaine. "Tout va un peu plus vite et ce n’est pas plus mal car sur le terrain, il faut réagir très vite", lâche le centre Pierre Dupouy. Les entraînements débutent plus tard (10 heures contre 8 h 30 auparavant) et parfois en journée continue. Simplement entrecoupés par un repas collectif. Cela permet de laisser dormir plus longtemps l’effectif le matin et d’imposer une certaine rigueur diététique. "Et l’idée c’est de mettre au maximum les journées haute intensité et la charge de travail en début de semaine, détaille Fabrice Estebanez. Pour ensuite avoir des garçons qui ont de l’énergie et de la fraîcheur sur le match." "Nous avons un cadre un peu plus marqué, un peu plus d’exigence, note le capitaine Benjamin Doy. Et le changement fait aussi que l’on se remet en question. Nous avons tous envie de bien faire et avons le cadre qui va avec. Lorsque l’on augmente l’exigence, nous devrions avoir une performance qui suit derrière." "Fabrice Estebanez apporte certaines contraintes et rigueur du très haut niveau, appuie à son tour Pierre Dupouy. Il y a certains détails que l’on connaissait mais sur lesquels on ne se mettait pas à ce niveau-là de rigueur. Quand un nouveau manager arrive, nous savons que les cartes sont redistribuées. Cela met un petit coup de boost." Ce climat est donc propice à l’émulation. Fabrice Estebanez sourit : "Ceux qui ne sont pas sur le terrain doivent pousser les autres, et ceux qui y sont doivent pousser plus forts pour y rester."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?